Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 205 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Si la tendance se confirme, le régime en place serait maître de la région de Dakar, au sortir de la présidentielle du 24 février dernier. En effet, la ville «rebelle», qui a toujours donné du fil à retordre au régime de Macky Sall, lors des précédentes élections, semble tomber sous l’escarcelle de la mouvance présidentielle, Bennoo Bokk Yaakaar.

La guerre de Troy a bel et bien eu lieu dans la capitale Sénégalaise, Dakar. Mais, cette fois-ci, la tendance reste favorable au président sortant, candidat à sa propre succession. En effet, les résultats de la dernière élection législative, avec le ballotage entre les coalitions Bennoo Bokk Yaakaar (Bby), Mankoo Taxawu Senegaal, ou encore de Wattu Senegaal, avaient montré, sans équivoque, que Dakar allait être l’un des greniers électoraux fortement disputés à la présidentielle de 2019. D’ailleurs, le président sortant, Macky Sall, s’adressant aux cadres de son parti, l’avait pris très au sérieux, estimant à l’époque qu’il fallait «renforcer» la capitale.

Des soucis qui s’expliqueraient par la tendance «rebelle» des capitales, liée très certainement au flux d’informations relativement fort dans ces parties du pays. En effet, à Dakar, il ne se passe pas un seul jour sans que l’opposition sénégalaise ne fasse des sorties dans la presse pour décrier la gestion du régime. A cela s’ajoute certains manquements dans la gestion des autorités, dont notamment la pénurie d’eau dans Dakar et sa banlieue. La capitale semble basculer dans le camp du régime, au vu des résultats qui se dessinent à Dakar. Dans presque tous les centres de la région ou même tous les 4 départements à savoir Dakar, Guédiawaye, Pikine et Rufisque, le candidat Macky Sall est sorti vainqueur de la présidentielle, sur la base des premiers résultats provisoires.

Par exemple, à Grand Yoff, longtemps considéré comme le «fief» électoral de l’ex maire de Dakar, Khalifa Sall, en prison dans le cadre de la caisse d’avance de la Ville, les résultats provisoires donnent Macky Sall vainqueur avec 23.430 voix sur les 53.019 votants, soit 44,19% des suffrages. Il sera suivi d’Idrissa Seck qui totalise 14.069 voix, puis d’Ousmane Sonko crédité de 13.374 voix. Comme l’a écrit Sud Quotidien, dans son édition d’hier, le candidat Macky Sall «surplombe le centre-ville», «conserve» Guédiawaye avec son frère de maire de la commune, Aliou Sall.

Mieux, aux Parcelles assainies, plus grande commune en terme d’électorat, 96.244 électeurs, si l’on se fie aux tendances révélées par les 4 grands centres témoins que sont les Unités 14, 10, 8 et 25, sans oublier le centre des Hlm Grand Médine, le coordinateur de l’Apr aux Parcelles, Amadou Ba et ses camarades de Bby, appuyés par le nouveau venu, le maire Moussa Sy, ont défait l’opposition. Dans les 70 bureaux de vote, sur les 169 que comptent les 13 centres de la commune, Macky Sall sort vainqueur, en totalisant 13.317 voix sur les 28.370 suffrages valablement exprimés, pour 40.928 inscris. Il en est de même à Yoff où la tendance lui reste favorable. Ainsi donc, dans le plus grand bastion électoral du pays, qui fait 1.687.826 d’électeurs, le président sortant a su renverser la tendance, après plusieurs tentatives infructueuses, faisant basculer la ville «rebelle» dans son escarcelle. 

Notons que la mouvance a revendiqué sa victoire dès le premier tour, avec 57% des voix environ. Ce que conteste l'opposition qui parle d'un second tour possible. Les résultats provisoires globaux de cette présidentielle sénégalaise sont attendus cet après-midi. 

Avec Sud Quotidien