Xénophobie : L’Afrique du Sud ferme son ambassade après des violences xénophobes
Imprimer
Affichages : 564

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

L’Afrique du Sud a temporairement fermé ses missions diplomatiques au Nigéria à la suite d’attaques de représailles menées par des Nigérians à la suite de violences xénophobes en Afrique du Sud.

Depuis dimanche, dans la plaque tournante commerciale de l’Afrique du Sud à Johannesburg, des foules ont pillé et détruit des magasins, dont beaucoup sont détenus par des étrangers.

Le gouvernement nigérian a condamné sans équivoque la violence. La ministre sud-africaine des Affaires étrangères a qualifié la situation d’embarras pour son pays.

« Notre gouvernement regrette toutes les violences perpétrées contre des magasins à capitaux étrangers ou des Africains d’autres pays résidant en Afrique du Sud », a déclaré la chaîne de télévision nationale SABC, citée par le ministre Naledi Pandor.

Elle a ordonné la fermeture de l’ambassade du pays à Abuja et de sa mission à Lagos, à la suite de menaces adressées au personnel diplomatique, a déclaré Mme Pandor à l’agence de presse Reuters.

Lundi et mardi, des entreprises appartenant à l’Afrique du Sud ont été visées par des manifestants dans plusieurs villes nigérianes. Le géant des télécommunications sud-africain, MTN, a fermé ses magasins par précaution.

Sept personnes ont également été tuées dans les troubles en Afrique du Sud, mais aucune des victimes n’a été identifiée comme nigériane.

Néanmoins, des vidéos et des images partagées sur les médias sociaux prétendant montrer aux Nigérians attaqués et tués ont enflammé les tensions.

Le président nigérian Muhammadu Buhari a envoyé un émissaire en Afrique du Sud pour « exprimer le mécontentement du Nigéria à l’égard du traitement réservé à ses citoyens ».

Mercredi, le ministre des Affaires étrangères, Geoffrey Onyeama, a précisé que si le gouvernement estimait que les entreprises nigérianes en Afrique du Sud avaient été ciblées, il ne disposait d’aucune information selon laquelle l’un de ses citoyens serait décédé.

« Il y a beaucoup d’histoires de Nigérians qui ont été tués, qui ont sauté de bâtiments et qui ont été brûlés. Ce n’est pas le cas », a-t-il déclaré à des journalistes.

Il a également exhorté les gens à cesser d’attaquer les entreprises sud-africaines au Nigeria, affirmant que le président « est particulièrement désemparé face aux actes de vandalisme ».

Mardi, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a condamné la vague de pillages et de violences.

« Il ne peut y avoir aucune justification pour qu’un Sud-Africain attaque des personnes d’autres pays », a-t-il déclaré.

La police sud-africaine a déclaré que les violences avaient diminué et que près de 300 personnes avaient été arrêtées en raison de ces troubles.

Zertine Dabo