Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 486 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Le ministère allemand de la Défense et l’agence d’espionnage étrangère BND ont mis en doute en privé les affirmations américaines selon lesquelles la pandémie de coronavirus proviendrait d’un laboratoire chinois, ont rapporté vendredi les médias.

Une note de service interne préparée pour le ministre de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer « classe les revendications américaines comme une tentative calculée de distraire » ses propres échecs de Washington, a rapporté Der Spiegel.

Le président américain Donald Trump tente « de se distraire de ses propres erreurs et de diriger la colère des Américains contre la Chine », a indiqué Spiegel dans le document.

Un porte-parole du ministère de la Défense a refusé de confirmer l’existence de la note lorsqu’elle a été contactée par l’Agence France-Presse (AFP).

Pendant ce temps, le diffuseur public NDR a mis en doute l’existence d’un document conjoint de l’alliance de renseignement « Five Eyes » de la Grande-Bretagne, des États-Unis, de l’Australie, du Canada et de la Nouvelle-Zélande qui accuserait la Chine de minimiser l’étendue de l’épidémie de virus.

Les chefs de la BND ont déclaré aux députés lors d’une audition confidentielle à la commission parlementaire de Berlin que ses partenaires « Five Eyes » affirmaient n’avoir « aucune connaissance » d’un tel rapport, a écrit le NDR.

Mercredi, Trump a décrit la pandémie de coronavirus comme « la pire attaque que nous ayons jamais eue », la qualifiant de « pire que Pearl Harbor … pire que le World Trade Center » et disant qu’elle « aurait pu être arrêtée en Chine ».

Vendredi, le décompte en temps réel de l’Université Johns Hopkins a montré 2448 décès de coronavirus américain au cours des dernières 24 heures,

portant le total américain à 75543, tandis que le nombre total de cas dépassait 1,2 million dans le pays.

Mercredi, le secrétaire d’État Mike Pompeo a renouvelé son accusation largement contestée selon laquelle la pandémie de coronavirus provenait probablement d’un laboratoire chinois.

« Nous n’avons aucune certitude, et il existe des preuves significatives que cela vient du laboratoire. Ces déclarations peuvent être toutes les deux vraies », a-t-il déclaré aux journalistes, ajoutant plus tard que la Chine avait « perpétré » le virus.

Pékin a répliqué à plusieurs reprises à ces affirmations.

« Nous exhortons la partie américaine à cesser de rejeter la faute sur la Chine et à se tourner vers les faits », a rétorqué la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hua Chunying lors d’un point de presse jeudi.

Spiegel a rapporté que les autorités allemandes avaient également ciblé la Chine avec des critiques, citant des « informations BND » selon lesquelles Pékin avait fait pression sur l’Organisation mondiale de la santé pour retarder la publication d’un avertissement mondial après l’épidémie initiale à Wuhan.

« Lors d’un appel téléphonique le 21 janvier, le président chinois Xi Jinping a demandé au chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, de ne pas divulguer d’informations sur la transmission de personne à personne et de retarder une alerte pandémique », a écrit l’hebdomadaire sur son site Internet.

« Selon l’évaluation du BND, la politique d’information de la Chine a coûté quatre à six semaines pour lutter contre le virus dans le monde », a ajouté Spiegel.

Camille Legaré ( www.reponserapide.com )