Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 373 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Le Projet urbain eau de Guinée (PUEG) a restitué le mardi 12 novembre dernier, le rapport de l’étude du schéma directeur de l’alimentation en eau potable du ‘’Grand Conakry VU 2040’’. Le Secrétaire général du ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mamadou Diouldé Diallo, a au cours de cette rencontre déclarée, que le taux d’accès à l’eau potable en milieu urbain est de 31%.

« A date d’aujourd’hui, le taux moyens d’accès global des populations urbaines à l’eau potable à travers les réseaux de distribution de la Société des eaux de Guinée (SEG) est d’environ 31% », a indiqué M. Diallo.

Selon lui, ce taux s’éloigne de l’objectif de 75,6 % fixé au sous-secteur de l’eau urbaine dans le cadre du Programme national de développement économique et social (PNDES) 2016-2020.

« La vétusté des équipements, le déficit en énergie électrique, la forte urbanisation entrainant un accroissement démographique de la population et la faiblesse de la capacité de production ne permettent pas d’assurer une desserte correcte en eau potable aux consommateurs », a expliqué le Secrétaire général du ministère de l’Hydraulique, Mamadou Diouldé Diallo.

Ce faisant, il a indiqué que face à cette situation, on assiste à une prolifération accrue de forage privé réalisé tant à Conakry que dans les villes de l’intérieur pour la satisfaction des besoins domestiques en eau potable.

Il faut noter que cette étude réalisée en dix mois, pilotée par les cabinets Merlin et West ingénie a ressorti qu’en fin 2019 les besoins de la population en eau potable pour le Grand Conakry sont de l’ordre de 370 000 m3/jour pour une population oscillant autour de 2 600 000 habitants, alors que la capacité de production disponible n’est que de 150 000 m3/jour d’où un déficit d’environ 220 000 m3/jour.

 « Ce schéma directeur prévoit respectivement en 2030-2040, des besoins de production d’eau potable pour le ‘’Grand Conakry’’ de 550 m3/J et de 810 m3/J pour les populations respectives de plus de 3 600 000 d’hbts et de 5 000 000 d’hbts. Ce qui signifie que les déficits seront de l’ordre de 400 000 m3/J en 2030 et de 660 000 m3/J en 2040, si aucun réalisation n’est faite pour inverser cette tendance », a laissé entendre M. Diallo.

Sadjo Diallo