Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 261 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Le ministre guinéen du Budget, Dr Mohamed Lamine Doumbouya a indiqué, vendredi, 07 avril 2017, qu’il était opportun de travailler sur le système fiscal dans son ensemble, et surtout sur l’équité fiscale dans un système au sein duquel il y a une inégalité sociale.

 

Dr Mohamed Lamine Doumbouya l’a fait savoir dans sa communication au compte des travaux du séminaire gouvernemental, organisé à Conakry du 07 au 08 avril.

 

Des activités réalisées en 2016, le ministre du Budget a noté : «Dans un premier temps il a été question de sécuriser les recettes publiques, d’élargir l’assiette fiscale, de travailler sur la politique budgétaire, sur les réformes en matière de finances publiques et sur l’optimisation de la trésorerie».

 

Abordant la question des réformes des finances publiques, Dr Doumbouya a dit : «Il était opportun de travailler sur le système fiscal dans son ensemble, et surtout sur l’équité fiscal en vue de faire en sorte que ceux qui reçoivent moyen, puissent mieux supporter, avoir un certain pouvoir d’achat, et puissent aussi contribuer à atteindre un équilibre social. C’est pour cela que l’Etat a revu à la baisse certaines réformes douloureuses, notamment la TVA qui est passée de 20 à 18%, la fiscalité sur le foncier où le ménage qui payait 15% est passé à 5 %».

 

En ce qui concerne l’élargissement de l’assiette fiscale, le ministre Dr Mohamed Lamine Doumbouya a souligné : «Ce n’était pas évident parce qu’il faisait un bon moment la Direction Générale des Douanes atteignait ses objectifs, et par contre la Direction Générale des Impôts a été confrontée à des difficultés au cours des trois dernières années à faire le 100 %. Donc il fallait sécuriser pour faire en sorte que ce qui revient à l’Etat aille dans ses caisses. Ce qui nous a conduits à installer des guichets bancaires au niveau des Impôts, où il y a actuellement des projets en cours d’installation dans les 05 communes de la capitale et au Gouvernorat de Conakry.

 

A titre d’exemple comme résultat, le droit de timbre à l’importation dans la loi des finances 2016 il était prévu une prévision budgétaire de 15 milliards, et au 31 décembre de la même année nous avons réunis 34 milliards, ce qui fait le double».

AGP/