Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 382 invités et un membre en ligne

Économie

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Guinée : Incinération de 36 tonnes de produits alimentaires périmés !

Guinée-Conakry : Près de 36 tonnes de produits alimentaires, dont la date de péremption est arrivée à terme, ont connu une grande cérémonie d’incinération au marché d’Enta, a-t-on appris des média d’Etat.

Selon la RTG, ce sont 36  tonnes de produits alimentaires composés de cartons de thé, de boites de conserves, d’ingrédients de cuisine qui ont été jeté au feu à Enta.

Le service nationale des Normes et Qualité, sous la houlette de sa directrice général, a entrepris depuis quelques temps une vaste opération de sensibilisation sur les dangers des produits périmés dans les marchés de la capitale.

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

I - Contexte

La hausse de la productivité dans l’agriculture est l’un des défis majeurs pour assurer la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté dans les pays en voie de développement. La Guinée est un pays encore majoritairement rural, avec 80 % de sa population vivant de l’agriculture. Après de longues années de fermeture politique, la libéralisation économique entamée dans les années 1980 a permis le développement des marchés agricoles nationaux.

Les bailleurs de fonds se sont engagés en Guinée dans des projets visant à promouvoir tant le développement des productions vivrières pour le marché local (riz, huile de palme, …) que les exportations (café, caoutchouc, …) pour apporter des devises au pays.

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Les services du FMI concluent une mission de revue en Guinée

Communiqué de presse n° 15/197
7 mai 2015

« Une mission du FMI conduite par M. Abdoul Aziz Wane a visité Conakry du 23 avril au 8 mai 2015afin de mener les discussions sur la sixième revue du programme appuyé par un accord dans le cadre de la Facilité Elargie de Crédit (FEC)i, qui a été approuvée par le conseil d’administration du FMI le 24 février 2012 pour un montant de 128,52 millions de DTS (environ 198 millions de dollars EU) (voir Communiqué de presse No. 12/57). La mission a rencontré le ministre d’état chargé de l’économie et des finances Mohamed Diaré, le gouverneur de la Banque centrale de la République de Guinée Louncény Nabé, le ministre du plan Sékou Traoré, le ministre délégué au budget Ansoumane Condé, ainsi que d’autres hauts responsables du gouvernement et l’association professionnelle des banques. Les discussions se sont concentrées sur les développements économiques récents, les perspectives de croissance, et la mise en œuvre des politiques, ainsi que sur les politiques et réformes structurelles pour 2015 ».

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Circulaire sur les Règles et procédures d'exécution du Budget de l'Etat : Exercice 2014

L’objet de la présente circulaire est de rappeler en ce début d’exercice budgétaire à l’ensemble des ordonnateurs les principes de base et règles d’exécution du budget de l’Etat tels qu’édictés par la Loi L/ 012/CNT Portant Loi Organique Relative aux Lois de Finances et le Décret D/015/Portant Règlement Général de Gestion Budgétaire et de Comptabilité Publique.

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Photo: Sayyid Azim Associated PressLe directeur général de l’Organisation mondiale du commerce, Roberto Azevêdo (à droite), en compagnie de la présidente du Libéria et du président du Kenya

Quatorze ans après leur début, les négociations restent infructueuses, en dépit des quelques accords conclus à Nairobi, la semaine dernière

Le temps est venu de tirer un trait sur le cycle de Doha et de passer à autre chose à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), ont conclu ce week-end des pays riches, contrairement aux pays en développement qui voudraient garder vivantes ces négociations censées leur faire une place dans l’ordre commercial international, mais qui piétinent depuis 14 ans.

La 10e conférence ministérielle de l’OMC, la première à se tenir en Afrique, s’est conclue samedi, à Nairobi, au Kenya, par une série d’avancées en matière notamment d’agriculture et de technologies de l’information, mais aussi sur une grosse impasse. Alors que la plupart de ses 162 pays membres se sont redits, dans la déclaration finale,« pleinement déterminés » à aller jusqu’au bout du cycle de négociations lancé à Doha, au Qatar, à l’automne 2001, un groupe de pays riches constitués entre autres des États-Unis, de l’Union européenne et du Canada, estime désormais que « de nouvelles approches sont nécessaires pour obtenir des résultats significatifs dans les négociations multilatérales ».

Add a comment

Sous-catégories