Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 381 invités et aucun membre en ligne

Opinions

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Fodé Baldé, responsable de la Communication digitale de l'UFR

La confusion semble être totale dans la tête de certains guinéens qui continuent de croire que la décision concertée et commune de l’opposition politique guinéenne consistant à ne pas participer aux législatives du 16 février 2020 est un boycott à l’image de l’opposition béninoise. Cette confusion doit cesser pour laisser place à cette vérité de l’opposition politique guinéenne qui décide de ne pas participer mais et surtout d’empêcher par tous les moyens légaux les législatives du 16 février 2020.

En effet, boycotter une élection suppose qu’elle se tiendra et que l’on n’y participera pas. Ici, ce n’est pas le cas comme il en a été au

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Je voudrai remercier le Député Amadou Damaro CAMARA pour son courage et son témoignage dans son livre « coup d’état manqué du Colonel Diarra Traoré – Guinée le 4 juillet 1985 ». Je trouve que c’est un cadeau fait aux jeunes générations et aux Guinéens en général désireux de connaitre leur histoire. La lecture de ce livre réveille en moi certains souvenirs enfouis de mon enfance à Fria de cette période sombre et violente de notre histoire. C’est un pan de notre passé qui continue de diviser les Guinéens. 

En juillet 1985, à cette époque où les Malinkés étaient persécutés et leurs biens détruits et/ou pillés à la suite du fameux coup d’état manqué du Colonel Diarra Traoré, notre habitation familiale à Fria à la Cité des Ingénieurs subissait le même sort. Des travailleurs de l’hôpital FRIGUIA Kimbo (jadis hôpital Pechiney), dont le business de vol et de vente de médicaments avait été entravé par mon père alors médecin chef de l’hôpital, profitèrent de cette situation pour envoyer une foule surexcitée, attaquer notre maison et la vider de son contenu. Mêmes les portes et fenêtres ne furent pas épargnées. J’avais 7 ans à l’époque. Je ne mesurais pas vraiment la portée de ces évènements sur le pays. Nous nous réfugiâmes à la résidence du préfet d’alors, feu Adjibou Thiam. Je précise que mon père est Soussou et c’était des Soussous qui étaient à la base de cette attaque. Nous étions une victime collatérale du fameux « wo fatara » (vous avez bien fait) du Président Conté. Je comprends donc ce que ces Guinéens à cause de leur appartenance ethnique ont dû subir et endurer matériellement, physiquement et psychologiquement.

Depuis notre indépendance, la gestion clanique, ethnique et régionaliste du pouvoir reste notre principale faiblesse et notre principal facteur de division, utilisée à la fois par les élites en quête de pouvoir ou pour conserver le pouvoir et leurs privilèges ainsi que par les puissances extérieures. Notre diversité ethnique et culturelle censée être une force se révèle être un frein à notre unité et à notre développement.

Tous les régimes qui se sont succédé, se sont reposés sur leurs ethnies pour conserver le pouvoir et combattre leurs opposants issus d’autres ethnies. C’est ainsi que pendant la première République, Sékou Touré s’appuya principalement sur les Malinkés. Lansana Conté quant à lui s’appuya sur les Soussous. Et Alpha Condé a reproduit le schéma de la première République et s’est allié aux soussous (ses oncles, comme il les appelle).

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Plus personne ne doute désormais de l’intention du Président de la République de Guinée de rester à vie au pouvoir. Chaque citoyenne et chaque citoyen de notre pays, y compris, les partisans du régime en place, savent aujourd’hui que le projet de Nouvelle Constitution est une supercherie, qu’il n’a pas pour objet de contribuer à une quelconque amélioration du système de gouvernance mais plutôt le maintien illégal au pouvoir du Président et de l’élite corrompue et servile qui l’entoure et ce, quel que soit le prix humain à payer par des populations déjà meurtries par l’analphabétisme, le chômage endémique, la pauvreté généralisée et les problèmes de santé.

Mais, alors, me direz-vous, pourquoi chacune et chacun de nous croient inconsciemment ou non que le référendum scélérat aura lieu et que le Président actuel arrivera à ses fins? 

Parce que, au fond, tout le monde est épuisé, épuisé par la rhétorique politique permanente et les mensonges quotidiens qui nous sont servis depuis bientôt dix ans; épuisé par l’absence de pause depuis plus de soixante et un ans dans le matraquage psychologique et les répressions mortelles de toute velléité de contestation du Pouvoir; épuisé par le sentiment que le combat entre les politiciens ne repose que sur le besoin d’accéder au pouvoir pour partager le gâteau des deniers publics sur le dos de l’écrasante majorité des citoyens ; épuisé par l’absence d’incarnation du véritable patriotisme par un parti politique ou par une personne providentielle; épuisé par la confiscation des droits; épuisé par la corruption structurelle; épuisé par ce sentiment diffus qu’il n’y a pas d’espoir et qu’il faut s’en remettre à «Dieu»; épuisé par les politiques du fait accompli et du court terme pour parer au plus pressé, illustration d’un manque criard de Vision; épuisé par l’acharnement du Pouvoir en place à diviser les Guinéens pour régner et pour mieux se servir ; épuisé par le manque de perspective pour les jeunes; épuisé par la saleté; épuisé par les mauvaises conditions de transport; épuisé par les coupures ou l’absence d’électricité; épuisé par le manque d’eau; épuisé par le manque de travail; épuisé par la perte des valeurs et principes; épuisé par…l’épuisement!

Faut-il pour autant renoncer à lutter contre cette injustice flagrante et l’insulte faite au Peuple de Guinée ? 

La réponse est sans ambiguïté, Non! Pourquoi ? Parce qu’en renonçant, nous validerons définitivement le fait que nous sommes devenus un peuple qui ne retient pas les leçons de notre propre histoire ; Parce qu’en renonçant, nous validerons définitivement le fait que notre pays a vocation à n’être dirigé que par des élites corrompues qui n’ont besoin de rendre compte à personne ; Parce qu’en renonçant, nous validerons définitivement le fait qu’un groupuscule d’élites corrompues et leurs familles ont le droit de disposer

Add a comment