Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 395 invités et aucun membre en ligne

Politique

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Dans l’émission ‘’Les Grandes gueules’’ de la radio Espace Fm, mardi dernier, le président du Parti de l’espoir pour le développement national (PEDN), Lansana Kouyaté parle de l’élection présidentielle qui doit se tenir dans les conditions légales en 2020, mais aussi de son long séjour à l’extérieur du pays. L’ancien Premier ministre fait aussi des révélations sur sa dernière rencontre avec le président Alpha Condé en 2019. Lisez !

Présidentielle en 2020 ?

« On vit une situation dramatique qui est le Covid-19. C’est une pandémie gravissime qu’il faut qu’on gère comme tout le monde entier d’ailleurs.

Les élections et le référendum du 22 mars qui sont intervenus entre-temps créent problème. Il faut désamorcer tout ça, pour savoir comment il faut aller à des élections apaisées.

Les uns sont respectueux de la constitution qui a précédé l’élection du président de la République, c’est-à-dire la constitution du temps de CNT. Tandis que d’autres veulent s’accrocher à cette dernière constitution. Là aussi, c’est un problème.

Une fois qu’un problème est posé, il faut le simplifier. Même en mathématiques, c’est le cas. Quand un problème est complexe, simplifiez-le avant de chercher la solution ».

Long séjour à l’extérieur

« Je ne me compare pas à celui qui est là (Alpha Condé, ndlr). Je me compare à plusieurs cas dans le monde. Il y a beaucoup

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Invité de l’émission ‘’Les grandes gueules’’ de la radio Espace Fm, le 19 Mai dernier, le capitaine Moussa Dadis Camara s’est fait entendre. De l’accusation faite par le général Sékouba Konaté, sur une tentative d’arrestation de Kassory Fofana en 2009 à un éventuel retour au bercail, le capitaine Moussa Dadis Camara, entretienne le floue et évoque la puissance divine. Par ailleurs, l’ancien homme fort de Conakry se dit attristé du décès de Nouhou Thiam.

Tentative d’arrestation de Kassory Fofana en 2009 ?

L’ancien chef de la junte militaire, ne répond ni par l’affirmatif, ni par le négatif. Celui qui se caractérisait par la franchise, choisit le louvoiement. « Kassory, ce n’est pas pour lui lancer des fleurs, mais c’est un homme que j’ai admiré », déclare au bout du fil, l’ancien président, qui rappelle même cette d’où vient cette admiration. « C’était au Palais des nations. Ce jour, il était en train d’expliquer à la femme du feu général Lansana Conté, comment il faut donner les médicaments », souligne-t-il, avant d’ajouter : « Quand il (Kassory Fofana, ndlr) m’a vu assis auprès du chef de l’État, il a dit mon capitaine, vous ne pouvez pas rester derrière le Président parce qu’il ne vous voit pas. Venez, vous asseoir devant lui. Depuis ce jour, j’ai eu du sentiment pour cet homme », rappelle à nouveau Dadis Camara.

Retour au bercail

Lors de cet entretien à bâton rompue, l’ancien chef de la junte militaire exilé au Burkina Faso depuis 2010, a été interpellé sur un éventuel retour en Guinée. Le bouillant capitaine ramène à Dieu la question. « Je suis un homme très croyant. Dans la vie,

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Dans un entretien accordé à nos conférés d’Espace Fm  le lundi, 18 mai 2020, Me Mohamed TRAORE bâtonnier de l'Ordre des Avocats de Guinée, persiste et signe que l’ancien président de la CENI, Me Salif Kébé n’a jamais été désigné par le Conseil national des organisations de la société civile (CNOSCG) dirigé par Dansa Kourouma. Selon Me Traoré, il revient au barreau de designer le remplaçant Me Kébé. Par ailleurs, il accuse le président du CNOSCG, d’avoir des positions « ambiguës ». Lisez !

 Bonjour Me Mohamed Traoré, est-ce que vous avez pris vos distances avec la société civile comme l’a dit Dansa Kourouma et à quoi vous vous attendiez lorsque Me Kébé a été annoncé pour mort ? Est-ce que vous attendiez à ce que ce soit vous qui donnez un représentant ?

Je pense qu’il y a une confusion qu’il faut déjà lever, lorsqu’on dit que le barreau de Guinée a pris ses distances avec la société civile cela n’a pas de sens, la société civile est composée d’organe non gouvernemental, d’association qui en plus de leur activité joue un rôle de contrepouvoir et qui fait en sorte que les politiques publiques soient faites dans l’intérêt des citoyens et dans l’intérêt de leurs membres.

Le barreau en tant qu’entité est une composante essentielle de la société civile, donc, est par nature de la société civile. Le barreau ne peut pas rompre avec cette nature-là, en disant qu’il prend sa distance avec la société civile. J’ai l’impression que Dr Dansa Kourouma confond un peu, la société civile et les structures faitières de la société civile. Il y a différentes associations,

Add a comment