Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 317 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

L’Assemblée général hebdomadaire de ce samedi, 11 Mai 2019 était présidé par l’honorable Saikou Yaya Barry, le débat était axé sur les militants de l’opposition arrêtés et condamnés, à Kindia,

« C’est des abus en réalité, c’est eux qui sont dans le droit (les manifestants nrdt). La constitution dit que : ‘’tout citoyen à le devoir de protéger la constitution’’ Et c’est cette constitution qui en vigueur, donc les citoyens qui protègent cette constitution, c’est eux qui devaient être protégés par les forces de défense de sécurité par ceux qui veulent violer cette constitution mais le paradoxe est que c’est ceux qui violent qui sont protégés. Nous sommes dans quel pays ?» s’est-il interrogé.

Nous UFR poursuit-il, nous nous battons pour que les valeurs républicaines restent, nous nous battons pour protéger cette constitution, nous allons continuer le combat, on n’a pas peur de la prison, je crois que la majorité des Guinéens se sont préparés pour barrer la route à cette situation, parce ce que c’est des bandits qui sont en train de préparer ça. 

« Je vais vous dire quelque chose : Alpha Condé n’a aucune base légale, il ne peut pas s’appuyer sur une loi pour nous proposer une constitution. Quand il va convoquer les gens au référendum, il va dire : vu quoi ? Est-ce qu’il peut dire : parce que j’ai réfléchi, ou j’ai pensé que le référendum doit se faire. Il doit dire vu la constitution, je convoque les citoyens Guinéens à un référendum. Donc je dis encore une fois qu’il n’a aucune possibilité de nous convoquez sans se référer à la constitution. » A-t-il martelé.

La deuxième chose qu’il faut retenir ajout-il, plus loin, on ne peut proposer une constitution que s’il y a un coup de d’Etat, donc nous sommes dans un Etat d’espion, ce sera une première qu’un président fasse un coup d’Etat à son institution pour nous ramener dans une transition afin de nous proposer un référendum parce que le président de la République est une institution.

« Donc il faut un coup d’Etat pour évincer l’institution qui est le président de la république afin de préparer une transition qui nous conduit vers un référendum. S’il le fait, c’est en violation pure et dure de toute règle démocratique. Au fait il doit partir, (Alpha Condé Ndr)  il me fait pitié parce que les gens qui sont au tour de lui veulent le sacrifier, le mettre dans le gouffre, je souhaite qu’il prenne conscience pour qu’il les sacrifie avant la date parce que de toutes les façons il va partir » a-t-il conclu.

Alpha Amadou Diallo