Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 272 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

A l’occasion de l’ouverture de la deuxième session plénière de l’INIDH, le président de cette institution s’est prononcé en faveur d’un référendum en Guinée, en vue de l’adoption d’une nouvelle constitution.

Saisi sur la question, ce mardi, 10 Juin 2019,  le président du CNOSC, Dr Dansa Kourouma, a estimé que Dr Alya Diaby, est dans son droit.

« Nous sommes dans un pays démocratique où le débat, est permis et ça ne peut faire l’objet de restriction. Des juristes qui ne sont pas des moindres dans ce pays qu’on a l’habitude d’entendre sur des questions, ont parlé. Alors si Alya Diaby qui est aussi un grand juriste et docteur d’Etat en droit public, donne son point de vue en tant que président de l’INIDH, il faut le prendre avec assez de sérieux, parce que l’INIDH est une institution constitutionnelle qui a son point de vue en matière de droit constitutionnel », a affirmé Dansa Kourouma.

Le leader du CNOSCG dit respecter la position des uns et des autres dans ce débat qui agite l’opinion en Guinée.

« Je respecte le point de vue d’Alya Diaby, comme Dr. Makanera qui a déjà fait une analyse contraire aux dispositions de l’article 51 de la constitution, que j’ai beaucoup appréciée, personne n’a retiré au président de la République, le droit de proposer un referendum, si quelqu’un vous dit que le président de la République ne peut pas convoquer un referendum, il a menti », tranche le président du CNOSC.

Hadjiratou Bah