Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 405 invités et un membre en ligne

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Il fait l'avocat du diable. Puisque Toumba Diakité, l'un des meneurs du massacre du 28 septembre, est le diable fait homme. Faudrait-il autant vouloir sa mort, au point de l'empoisonner? Pourquoi est-il en danger, alors que les autres criminels du 28 septembre sont promus à des postes de responsabilité ou en exil doré?

N'oublions pas que Toumba Diakité est au centre d'une autre rocambolesque histoire: la tentative d'assassinat de Moussa Dadis. Le faire disparaitre permettrait d'enterrer deux dossiers lourds et faire d'une pierre deux coups. Sans compter que les milliards de GNF à lui promis par les commandiataires ne lui sont toujours pas versés.

Pour Me Paul Yomba, son ex-avocat, la livraison de Toumba Diakité à ceux qui ont tiré les ficelles et les bénéfices du massacre du 28 septembre consistait à l'envoyer directement dans la gueule du loup. D'où l'insécurité permanente suscitée autour de lui. Toumba Diakité, lui-même, n'a cessé de crier que sa vie serait finie si on le remettait dans les puissantes mains du pouvoir de Conakry.

Après avoir jeté l'éponge en ce qui est de sa défense, à cause des manœuvres à peine dissimulées du pouvoir central, visant à le liquider physiquement, Me Paul Yomba témoigne de la toute dernière tentative d'assassinat d'Aboubacar Toumba Diallo. Suivez son regard!

 "Le ministre de la justice a été informé par Toumba qu’il était malade, celui-ci a saisi Dr Awada (Directeur de l’hôpital Ignace Deen, ndlr) qui a dépêché un chirurgien et un biologiste pour les prélèvements. Le chirurgien a conclu qu’il a une maladie, le biologiste a fait le prélèvement, il est allé faire les analyses. Il avait les résultats en main.

Un autre groupe de cardiologues a été dépêché pour voir si le cœur de Toumba pouvait se prêter à une telle intervention. Le biologiste s’est infiltré dans cette équipe, il s’est rendu à la maison centrale au même moment que les cardiologues.

Les cardiologues ont posé leur diagnostic. Pendant qu’ils voulaient se retirer, le biologiste a sorti une seringue de sa poche pour l’ingérer à Toumba. Mais Toumba l’a tout de suite reconnu et lui a dit : ‘’mon frère qu’est-ce tu veux de moi ?’’. Le biologiste lui a répondu qu’il veut faire des prélèvements. Toumba lui a rétorqué : ‘’je te reconnais; il y a longtemps que j’attends les résultats de mes analyses, où sont-ils ?’’

C’est en ce moment que surgit le directeur national de l’administration pénitentiaire qui a répondu à la place du biologiste en disant qu’ils ont perdu le premier échantillon de ce prélèvement.

Les chirurgiens ont aussitôt réagi à la place de Toumba en demandant comment est-ce que cela peut-être possible ? Est-ce que les résultats du premier prélèvement n’ont pas été reportés dans un registre que vous tenez à cet effet? Ils ont répondu « si ».

Les chirurgiens ont dit alors pourquoi vous venez l’encombrer ? Ils ont dit que ce n’est plus la peine de faire de nouveaux prélèvements. Au même moment presque Toumba recevait les résultats du prélèvement alors que le biologiste voulait faire un nouveau prélèvement pour la même recherche. Cela est suspect.

Quand le biologiste a échoué, c’est Dr Awada (Directeur de l’hôpital national Ignace Deen de Conakry, Ndlr) qui est revenu pour dire qu’il voulait visiter Toumba. Toumba lui a dit ‘’mais Docteur si vous n’aviez pas confiance aux chirurgiens qui étaient venus, pourquoi vous même n’êtes pas venus ?’’ Dr Awada a insisté. Finalement il a dit comme c’est une visite.

Alors Toumba s’est déshabillé, il l’a visité. Mais l’objet de cette visite, c’était de lui prescrire une nouvelle ordonnance dans laquelle devait figurer une nouvelle seringue. Il a prescris des produits plus une nouvelle seringue. Ils ont amené ça à Toumba en prison. Il a utilisé les produits mais n’a pas voulu exploiter la seringue.

Toumba été informé que Dr Awada était la main noire du Pouvoir dans beaucoup de choses, donc de faire très attention. C’est vraiment une tentative d’élimination. Toumba est en insécurité totale. Puisqu’il est le seul à être retenu, on voudrait qu’il décède et qu’on mette un terme à ce procès. Parce qu’à leurs yeux, il est supposé être la pièce essentielle".

Une synthèse de Ibrahima Baldé, pour Ramatoulaye.com

Tel: 626306090