Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 223 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Face à un parterre de journalistes ce mardi, 08 octobre 2019, le président du parti MSD (Mouvement pour Solidarité et le Développement), Dr Abdoulaye Diallo, a décliné sa position par rapport au débat en cours sur l’éventualité d’une nouvelle constitution.

D’entrée de jeu, le président de MSD estime que tous les guinéens sont interpellés par ce que se passe. « La constitution, tout le monde doit la respecter. Ce n’est pas à une équipe sortante de nous proposer le modèle de constitution qu’elle veut », dit-il.

 A l’argument de certains partisans du pouvoir qui tentent de discréditer la constitution actuelle en affirmant qu’elle n’est pas l’émanation du peuple, le leader de MSD répond : « De toutes les Assemblées Nationales en Guinée, après celle post-coloniale, c’est le CNT qui a fait un travail vraiment respectable. Aucune autre institution n’a fait vraiment un travail aussi sérieux, méticuleux. Donc nous, notre position, c’est que nous remercions d’abord le CNT et nous sommes sûrs que ce qu’ils ont fait est quand même très bien », a t- il indiqué.

Nous nous élevons contre le principe de changement de constitution dit-il, et nous sommes pour cette constitution qui a mis le professeur Alpha Condé soit valable jusqu’à ce qu’un autre vienne. Si ce dernier trouve nécessité de changer ou bien que, on voit dans la pratique de la vie, il y a quelque chose qui ne cloche, on change. On a le plus beau texte du pays. Nous nous appelons la population, le gouvernement et les gouvernés à une responsabilité, de prendre chacun en ce qui le concerne ses responsabilités pour que le pays change. 

A la population et au gouvernement, le conférencier appelle à prendre leurs responsabilités «pour que le pays change».

Alpha Amadou Diallo