Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 391 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Se confiant à nos confrères du site mosaiqueguinee.com, le président du conseil national des organisations de la société civile (CNOSCG), ne mâche pas ses mots quant à l’appel du FNDC à des manifestations à partir du 14 octobre. Dr Dansa Kourouma estime que la situation actuelle du pays est « très complexe ».

La dernière sortie du FDNC appelant le peuple de Guinée à des manifestations à partir du 14 octobre prochain défraie la chronique dans la Cité. Le président du CNOSG, une fois encore ne se reconnait pas dans cet appel. « J’ai trouvé des propos va-t’en guerre dans l’appel à manifestation du FNDC », a-t- il indiqué, tout soulignant « normal » de manifester.

« Mais il faut savoir que nous sommes dans un État, et le Président Alpha Condé est le Président de la République jusqu’en octobre 2020, il est le Président légitime de la Guinée. C’est très important de respecter cet état de fait quand on doit exercer un ensemble de libertés et de droits », a déclaré le président du CNOSCG, qui ne se prive pas de préciser que l’État doit mettre en place toutes les garanties pour ne pas que les libertés des uns empêchent les autres de vaquer à leurs activités.

« Et l’autorité à un moment donné doit sévir quand les manifestations troublent l’ordre public, quand les manifestations se transforment en acte de vandalisme, ou en actes d’affrontement…On est dans une situation très complexe mais ça dépend de la responsabilité », martèle Dr Dansa Kourouma.

Sadjo Diallo