Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 389 invités et un membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Hadja Maimouna, présidente des femmes du FNDC

Dans un entretien accordé à notre rédaction, la présidente des femmes du FNDC, Hadja Maïmouna Bah, évoque les préparatifs de la marche des femmes le mardi prochain, pour encore dénoncer la mort de trois jeunes tués lors des funérailles de 11 jeunes tués pendant la manifestation précédente. Elle appelle également les femmes de Guinée notamment celles du FNDC à se mobiliser davantage au même titre que les hommes pour la réussite de ladite marche prévue le 14 novembre 2019.

Quelle sera la partition des femmes du FNDC lors de cette marche du 14 novembre ?

Vous savez que la branche féminine du FNDC est une branche dynamique, elle a toujours participé à toutes les activités. Donc de la même façon que les marches passées, nous comptons nous mobiliser très sérieusement pour la réussite de cette marche. Nous sommes déjà en train de travailler sur le terrain pour la mobilisation des femmes.

À l’issue de la première marche des femmes du FNDC pour dénoncer les tueries, vous aviez promis de redescendre dans la rue si les auteurs ne sont pas identités et sanctionnés. Où en est-on aujourd’hui sur cet autre front, après la mort de trois autres jeunes ?

On a un calendrier, on a fait une réunion hier, nous attendons la validation par l’assemblée de la branche féminine du FNDC pour publier la date. En principe, nous avons

proposé de marcher le mardi prochain mais une fois encore nous attendons la validation de l’assemblée. Parce que vous n’êtes pas sans savoir que la dernière fois, le jour des funérailles des 11 morts, ils ont encore tué trois jeunes. Et comme nous nous battons pour que ces tueries cessent, nous sommes interpellées par ces actes qui nous prouvent encore à plus d’un titre que nous ne sommes pas entendues et que ce gouvernement n’est pas prêt à obtempérer. Nous n’allons pas baisser les armes donc nous allons continuer à nous battre sur le terrain, à continuer à marcher jusqu’à ce que nous soyons entendues, parce que vous allez être d’accord avec moi que ces tueries ne sont à l’avantage de personne, c’est incompréhensible de voir un pays comme le nôtre tuer sa jeunesse qui constitue l’avenir du pays.

Quel est votre appel à lancer aux femmes de Guinée notamment celles du FNDC ?

Je demande comme d’habitude à toutes les femmes de se lever parce qu’il ne faudrait pas qu’elles oublient qu’elles ont un rôle important à jouer dans ce pays. Elles ont toujours marqué leurs cachets dans le changement politique et social dans notre pays. Donc il faudrait qu’elles soient interpellées toutes pour qu’elles se lèvent, pour qu’elles puissent jouer leur rôle que le pays attend d’elles. Elles doivent se battre au même titre que les hommes pour que la démocratie et la justice soient instaurées dans notre pays.

Interview réalisée par Alpha Amadou Diallo