Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 319 invités et un membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Le Front national pour la défense de la constitution (FNDC) a annoncé la tenue d’une nouvelle manifestation pour protester contre l’obstination du président de la République de modifier la constitution.

« Soucieux de ne pas perturber la fête de Noël de la communauté chrétienne de Guinée, le FNDC rassure sur son calendrier et informe le peuple qu’il maintient sa marche pacifique prévue le 26 décembre 2019 », souligne le FNDC dans une déclaration publiée le vendredi 20 décembre, au sortir d’une plénière.

Les opposants accusent le chef de l’Etat d’avoir commis un « parjure », en annonçant le projet de nouvelle constitution.

« En l’absence délibérée de la Haute Cour de Justice pour constater ce parjure, il revient au peuple de Guinée d’en tirer toutes les conséquences », martèle le FNDC.

Cependant la Coalition démocratique pour une nouvelle constitution (CODENOC), salue le discours du président Condé. Ce mouvement qui regroupe acteurs politiques de la mouvance présidentielle et des plateformes de la société civile, s’est fendue d’une déclaration, dans laquelle, elle appelle ses adhérents  à la mobilisation.

« La Coalition démocratique précise qu’en matière de vie publique, le référendum demeure la voie la plus achevée de l’expression démocratique à même de trancher les matières relevant du « contrat social » », souligne-t-elle.

Et d’ajouter : « La Coalition Démocratique pour une Nouvelle Constitution soutient qu’en raison du débat national qui a prévalu durant de longs mois, dans l’opinion publique et entre les acteurs de la vie nationale, le Président de la République n’avait d’autre choix que de recourir à l’arbitrage du peuple, seul dépositaire direct de la souveraineté, sur un processus hautement crucial ».

Sadjo Diallo