Le premier-vice président de l’UFDG, Bah Oury a regagné Conakry dimanche, 24 janvier
Imprimer
Affichages : 8602

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Conakry, 25 jan (AGP)- Le premier vice-président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), Bah Oury a regagné son pays, dimanche, 24 janvier 2016, aux environs de 08 heures TU, en provenance de la France, après 4 ans et demi d’exil, a suivi l’AGP.

Dès l’entame de son second mandat, le président de la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé a accordé sa grâce à un certain nombre de détenus politiques, parmi lesquels figure le premier vice-président de l’UFDG, Bah Oury. C’était jeudi, 24 décembre 2015.

A rappeler, que le sieur Bah Oury a été condamné par contumace à la prison à perpétuité pour «participation à l’attaque du domicile privé du chef de l’Etat».

Après les formalités à l’Aéroport International Conakry-Gbessia, le premier vice-président de l’UFDG, en présence d’une forte délégation de son parti, a remercié tous ceux qui, de près ou de loin, se sont impliqués pour faciliter son retour en Guinée, son pays d’origine.

«Je rentre pour me mettre au service de mon pays, pas au compte de qui que ce soit. Je suis pour tout ce qui peut réunir les fils du pays autour de l’unité et la concorde», a fait savoir le numéro 2 de l’UFDG, apparemment très satisfait de son retour en Guinée.

A rappeler, qu’après l’entretien qu’il a eu avec la presse, le cortège de Bah Oury a pris la direction du siège national de son parti à Commandanya dans la commune de Dixinn, en passant par Bambéto dans la commune de Ratoma.

Après le discours de bienvenue prononcé par El hadj Djouma, un des cadres de l’UFDG, devant une foule nombreuse de militants et sympathisants, Bah Oury a, dans un ton ferme, fustigé le comportement de ses collaborateurs.

«Je salue les militants de l’UFDG et l’ensemble des communautés nationales de la Guinée, d’avoir refusé qu’il y ait une crise postélectorale sanglante au lendemain du scrutin du dimanche, 11 octobre 2015. Parce qu’il faut que la politique soit réhabilitée.

La politique, c’est l’intérêt des populations, l’intérêt national», a-t-il indiqué, sous les applaudissements des militants et sympathisants du parti.

AGP/25/01/016              TB/KS/FDF/ST