Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 196 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Nombreux sont des Guinéens qui perçoivent mal l’inflexibilité du prix du litre du carburant à la pompe en Guinée, pays qui est placé aux antipodes de la flexibilité du prix sur le marché mondial. Cellou Dalein Diallo, chef de l’opposition, lui, explique cela par la mauvaise gouvernance économique et financière.      

                                                                                                                                          Puisque, révèle-t-il, il y a eu beaucoup d’argent en Guinée pendant le premier mandat d’Alpha Condé, qu’aucun gouvernement n’en a peut-être eu autant en cinq ans. Son argument ? «Les mines étaient convoitées, il y avait beaucoup de projets, chacun voulait stabiliser son régime fiscal ou son permis d’exploitation des mines. L’aide internationale est venue, la dette a été annulée», détaille Diallo chez un confrère, nos sans s’interroger sur l’utilisation de la manne financière accordée à la Guinée pendant la période d’Ebola.

Et de répondre : «Nous sommes en train de payer maintenant la mauvaise gestion de toutes ces ressources. Le gouvernement s’est engagé à présenter des états de 170 milliards chaque mois. C’est-à-dire que les recettes vont être supérieures aux dépenses de ce montant parce qu’entre le 1er janvier 2015 et le 31 décembre 2015, l’Etat s’est endetté de 1860 milliards à la banque centrale‘’, dénonce le chef de file de l’opposition.

«(…) C’est pourquoi, ils ont des difficultés pour baisser le prix du carburant car ils ont pris cet engagement pour corriger les dysfonctionnements entrainés par les détournements des ressources à travers des contrats de gré à gré»

Ben youfef