Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 224 invités et un membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Le président rwandais, Paul Kagamé doit effectuer à partir de ce mardi 8 mars une visite d'amitié et de travail de 78 heures à Conakry. En attendant l'atterrissage de l'avion présidentiel en provenance de Dakar, le nouvel ambassadeur du Rwanda, Stanislas Kamanzi, fraîchement accrédité en Guinée, vient d'animer un point de  presse au cours duquel il est revenu sur les grands enjeux de cette visite. Voici un in extenso ce qu'il a déclaré :

 

"La visite du président Kagamé en Guinée se situe dans le cadre du renforcement des relations entre la Guinée et le Rwanda. C'est une opportunité entre les deux chefs d'État d'examiner les voies et moyens pour collaborer et établir des programmes de coopération en vue d'insuffler une certaine dynamique au développement de nos pays respectifs. Elle s'inscrit aussi dans le cadre de la vision du développement du continent africain.


A cette occasion, il y a un certain nombre d'accords qui vont être signés, cinq au total. Mais d'autres accords pourront être signés dans un futur proche. Dans quelques mois, les deux gouvernements vont travailler à l'établissement d'une commission mixte pour tous les secteurs dans lesquels une coopération active pourrait commencer à être mise en marche.


Il y aura des accords dans des domaines assez variés. Il y a tout d'abord l'accord cadre qui définit les grandes lignes de coopération. Il y a un accord qui va concerner les services, la mobilité des Guinéens et des Rwandais dans les deux pays par rapport surtout à l'obtention des visas de service et diplomatique de même que pour les passeports ordinaires. Un autre accord va être signé dans le cadre de la gouvernance, de l'agriculture, dans les secteurs de l'économie numérique, de la culture…


Ensuite, les cadres et les gouvernements vont se rencontrer et définir tout ce qui est utile pour servir l'intérêt de nos deux pays et pour exploiter les synergies qui sont à disposition pour y parvenir."

 

Nous y reviendrons.