Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 470 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Comme lancé par l’Opposition Républicaine de la République de Guinée, l’appel à la «Journée ville morte» n’a presque pas été suivi à Conakry et banlieues, mercredi, 30 et jeudi 31 mars 2016, a constaté l’AGP.



Le premier jour, mercredi, certains quartiers des communes de Ratoma et Matoto ont enregistré de légères perturbations de la circulation routière, dues à des échauffourées entre petits groupes de jeunes et forces de l’ordre. C’est le cas au quartier Gbessia-Kondébounyi où un pneu a été incendié sur l’Autoroute Fidel Castro Ruz.





Jeudi, 31 mars, deuxième jour, très tôt le matin, la circulation a était normale sur la Route nationale, Km36, Lansanaya, Dabompa, jusque dans la commune de Kaloum, avec ses habituels et interminables embouteillages.



Au niveau du grand marché de Matoto, tous les grands magasins étaient ouverts, les vendeurs ambulants et les femmes vendeuses des produits halieutiques étaient aussi au rendez-vous à ce niveau.



Les mêmes remarques ont été faites au niveau des autres marchés, situés le long de l’Autoroute. Du marché Yimbaya-Tannerie, de l’Aviation de Gbessia en passant par celui de Bonfi jusqu’au grand marché Madina, les usagers ont vaqué à leurs habituelles occupations.



Au niveau du pont 8 novembre, la circulation était aussi dense jusqu’au niveau du Port Autonome de Conakry, avec des files de véhicules.



A noter, que la deuxième journée ville morte souhaitée par les organisateurs, opposition n’a pas été observée, car la ville était bel et bien vivante.

AGP