Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 271 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Ainsi s’exprimait Alhousseini Makanera Kaké ce mardi 26 juillet au sortir d’une audition au PM3 de Conakry où il répondait à la convocation conjointe de  la direction centrale de la police judiciaire (DPJ). L’étonnement de l’ancien ministre de la Communication fût donc grand d’avoir été convoqué pour lui retirer les véhicules administratifs qu’il n’a  pourtant pas rendu après avoir été congédié du ministère de la Communication. «On n’a pas duré, le problème est réglé. On m’a convoqué pour

récupérer les voitures de l’État qui sont à ma disposition », s’est-il ainsi étonné.

Makanéra se justifie qu’il n’a rendu pas les véhicules de l’Etat parce qu’il aurait été victime d’un accident. En dépit du fait qu’il avait ‘’mentionné’’ lors de la passation de service, l’existence d’un véhicule pick-up accidenté qui serait au garage. « Après la passation de service, aucun service du département de la communication ne m’a

demandé s’il pouvait aller prendre le véhicule», jure-t-il, avant de détailler  qu’il  avait commencé  à réparer le véhicule et après la passation, n’étant plus ministre, « je ne pouvais plus continuer à financer la réparation». «Et pour récupérer le véhicule, il fallait que le Ministère de la communication paie ceux qui avaient commencé déjà la réparation». Le nouvel opposant devenu beaucoup plus critique envers son dorénavant ancien mentor dit  ‘’sincèrement’’ être  étonné qu’il soit convoqué à la gendarmerie pour une affaire de véhicules au sujet desquels le Ministère de la Communication’’ ne lui  aurait jamais réclamé. «On vient à la gendarmerie, lorsqu’il y a violation de la loi, c’est lorsqu’on a demandé et celui qui détient n’a pas voulu donner. S’il a donné, pourquoi alors venir à la gendarmerie?» S’est-il interrogé.

 

Ben Yussef