Justice : Ousmane Gaoual ‘’viole’’ la loi et la procédure ‘’bâclée’’
Imprimer
Affichages : 4679

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Le député de l’opposition Ousmane Gaoual Diallo est accusé d’offense au chef de l’Etat et il a été de ce fait placé en garde à vue la semaine écoulée.

Et puis, ce sera une seconde plainte pour des faits de ‘’menace de mort, diffamation, manœuvre et acte de nature à compromettre la sécurité publique ou à occasionner des troubles politiques graves, à jeter le discrédit sur les institutions constitutionnelles et leur fonctionnement’’ ?

 

Le ministre conseiller du président Alpha Condé Sanoussy  Bantama Sow est porteur de cette plainte.

 

“A tous ces vautours qui voient en moi un cadavre qu’ils se rassurent.

Il n’y a ni sang ni viande en putréfaction sur la table des charognards”, pestait-il.

‘’La Direction Nationale de l’UFDG profondément choquée par cette ,décision arbitraire qui ne vise qu’à neutraliser un adversaire politique et affaiblir l’opposition », accusait ainsi la principale formation politique d’opposition.

 

‘’Le droit’’

 ‘’Les agissements d’Ousmane Gaoual Diallo sont à condamner, mais il fallait respecter les procédures. Immunité parlementaire ne veut pas dire impunité parlementaire. Il est coutumier des faits. Il veut en découdre avec tout citoyen qui peut apporter un avis contradictoire’’, avait ainsi réagi le juriste Mohamed Camara sur Lynx.

Et l’universitaire d’ajouter : ‘’Ousmane Gaoual viole la loi pénale et s’expose à la loi pénale dans toute sa rigueur. Et on fait un acharnement contre lui et on viole ses droits. Ce n’est pas la procédure’’.

En matière de procédure judiciaire, la forme commandant le fond,

Camara estime qu’il  appartient aux avocats du mis en cause de démonter cette procédure. «Parce quand il y a un procès, la défense viendra avec ses arguments, la partie civile aussi. Le procureur  qui est censé être le protecteur de la société ne doit pas agir à sens unique’’, feigne- t-il donner des…leçons.

Toutefois, Mohamed Camara estime que : ‘’Une chose est sûre’’,  les propos d’Ousmane Gaoual Diallo ‘’sont d’une extrême gravité’’. ‘’Mais on dit le plus souvent votre réaction après  une infraction ou une injustice vous fait perdre la raison’’, analyse-t-il au final.

Faut-il rappeler que le député incriminé avait été condamné à 18 mois de prison avec sursis pour coups et blessures, injures publiques  et menaces contre un opérateur économique.

 A.           Latif Diallo