Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 550 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

«A Dixinn par exemple, c’est Hadja Biya (vice-présidente et représentante de l’UFDG à la CENI) qui avait présidé l’élection. Au niveau de la CECI, l’UFDG a 2 représentants, le PEDN n’a qu’un seul représentant. C’est au terme d’une élection à l’interne que le représentant de l’opposition a été désigné. Et c’était notre représentant» a ainsi réagi  François Faya  Bourouno, le porte-parole du PEDN aux accusations de l’UFDG selon lesquelles ses démembrements ont été attribués à l’UFR et au PEDN.

 

 

« A Pita, l’UFDG a fait remplacer nos représentants. A Ratoma et même à Fria, l’UFDG a coopéré avec l’UFR au détriment du PEDN » accuse à son tour M. Bourouno chez nos confrères d’Africaguinee.

 

Même conscient du fait que cette situation de querelles byzantines fragilise l’opposition face au pouvoir du Président Alpha Condé, le porte-parole du parti de  Lansana Kouyaté ne se prive pas de régler des comptes avec l’opposition. Et plus particulièrement l’UFDG de Cellou Dalein Diallo.

« Aujourd’hui parce qu’on ne partage pas certaines décisions de l’opposition républicaine, on veut faire croire à tout le monde que nous ne sommes pas de l’opposition. La photo prise par Cellou Dalein Diallo avec Damaro Camara, si c’était notre président Lansana Kouyaté, on aurait dit tout de suite que c’est la preuve que nous avons basculé dans l’autre camp. On oublie par exemple que le PEDN a payé le prix le plus fort pour le respect des décisions de l’opposition. La décision la plus difficile c’était de faire partir deux de nos Ministres du Gouvernement. Nous l’avons fait parce qu’on voulait être en harmonie avec les décisions prises par l’opposition. Après les législatives, il avait été décidé que l’opposition ne siège pas, aujourd’hui ils sont là-bas mais pour quel résultat ? L’UFDG par exemple a toujours refusé que ses représentants quittent la CENI malgré tout ce qu’on dénonce au sein de cette institution.» Se défoule-t-il chez nos confrères

Abdoul Latif

 622 02 22 99