Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 418 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Mohamed Bérété, secrétaire général de l’Assemblée nationale a révélé ce matin au cours d’une rencontre que les députés guinéens n’ont jamais fait une proposition de lois à l’Assemblée nationale depuis son installation il y a trois ans. En dépit du fait que la constitution donne l’initiative des lois aux  parlementaires. ‘’Mais,   toutes lois que nous avons adoptées jusqu’ici sont d’origine gouvernementale. Donc, les députés n’ont jamais usé de leur droit, initiative pour proposer une loi à examen et à adoption », déplore M. Bérété. ‘’Donc, nous avons élaboré un outil qui permet aux travailleurs parlementaires  d’accompagner  à la formulation des propositions  des lois», a indiqué M. Bérété.


Allusion aux outils législatifs et de communications offerts à l’Administration parlementaire de l’Assemblée nationale par le
Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD). La validation  desdits documents, faut-il souligner,   a eu ce lieu
mercredi  21 septembre à la salle des actes du Palais du Peuple en présence, entre autres, de Boubacar Bah, représentant PNUD).

M. Bérété a  par ailleurs formulé souhait de voir  l’institution parlementaire faire connaitre ses actions à travers une communication
rationnelle. Car, à ses yeux, qui dit : communication rationnelle, dit : forcément réglementation de celle-ci. ‘’Donc, en déduit-il, nous
avons élaboré   des outils de communication interne à l’intention des travailleurs de l’Assemblée nationale et des députés, mais aussi une communication externe à l’intention des autres partenaires.

Boubacar Bah, point focal du PNUD auprès de l’Assemblée nationale  a traduit les attentes  de  son institution vis-à-vis de celle
parlementaire.  «Nos attentes, c’est que les outils que nous venons de valider puisse être vulgarisés à l’attention des bénéficiaires, afin
que leur utilisation puisse apporter des changements dans le travail de tous les jours de l’Administration parlementaire, pourquoi pas
l’Assemblée nationale»,  a-t-il ainsi formulé le souhait.

Ben Yussef