Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 304 invités et aucun membre en ligne

Politique

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Habituellement épargné par les remous, le centre ville de Kaloum est entré en ébullition depuis lundi.  La colère contre le pouvoir risque de s’étendre aux autres circonscriptions, à l’occasion de la série de manifestations projetées par l’opposition.
Les populations, ayant découvert Alpha Condé et ce qu’il vaut, en terme de compétence et d’initiative, estiment que le moment semble propice pour le sortir du palais présidentiel … si rien n’est fait pour ramener les mouflets dans les salles de classe.
Les Guinéens se sentent de plus en plus roulés dans la farine par le stagiaire de Sekhoutoureya, dont le pouvoir risque de s’écrouler au rythme où vont les manifestations de rue. La fin du 2ème mandat constitutionnel devrait être précipitée.
Add a comment

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Depuis la proclamation des résultats des élections communales et communautaires du 04 février 2018, l’opposition guinéenne dénonce des fraudes ayant permis de lui dérober des suffrages. Elle réclame la publication des résultats issus des urnes par la Commission électorale qui l’a d’ailleurs reçu avant d’affirmer qu’elle est incapable de faire quelque chose pour elle. En l’absence de voie supplémentaire de recours pour examiner les éléments de preuves en sa possession, elle décide de recourir aux manifestations de rue pour exiger la protection de leurs droits légitimes.

Ces manifestations sont programmées à une période sensible ou des efforts sont en cours pour sortir le pays d’une crise générer par une grève qui paralyse le secteur de l’éducation depuis plusieurs semaines et qui semble s’enliser sur fond de tensions sociales à hauts risques. Des manifestations sérieuses sont actuellement en cours à kaloum, quartier d’affaires qui abrite le Palais présidentiel et en banlieue.

Add a comment

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Le directeur de publication de L’Indépendant-Le Démocrate, Mamadou Dian Baldé a consacré sa chronique de ce  dimanche, aux recettes proposées par le président Alpha Condé pour sortir de la crise qui agite les milieux de l’enseignement pré-universitaire, dont le fameux remaniement ministériel annoncé, et qui reste pour le moment lettre morte.

Cette chronique est servie tous les dimanches sur City fm, en avant-première de l’émission « A vous de convaincre ».  

 

Talibé Barry: Bonjour Mamadou Dian Baldé. Vous vous penchez sur l'actualité brûlante de la semaine, et vous nous servez une chronique qui s'intitule « sous la pression de la rue, le coup de poker d'Alpha Condé ». De quoi cela retourne-t-il M. Baldé? 

Add a comment

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Une éventuelle démission du président Alpha Condé, dont l’échec aura été moins surprenante que son arrivée aux affaires, équivaudrait à un geste patriotique qui honorerait ses derniers jours.
La gouvernance à vue n’aura que trop duré ! Avec la crise sociopolitique de ces temps-ci, l’opportunité lui est donnée. À lui de la saisir ou de la bouder. Ce n’est, toutefois, qu’une simple suggestion pour une sortie de crise en Guinée.
Add a comment

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
À l’issue d’une négociation très serrée, sous la conduite du ministre d’Etat,  Tibou Kamara, entre le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée et le gouvernement, l’on assiste à un retour à la case départ.
La base du SLECG rejette l’offre de promesses faite par l’exécutif guinéen, celle de payer les 40% progressivement, entre mai 2018 et février 2019.
Réunis en assemblée générale à son siège, ce samedi, les enseignants ont rejeté ces promesses dont rien n’indique qu’elles seront tenues par ce pouvoir, notoirement connu pour la faiblesse de ses engagements.
Add a comment