Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 176 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Un collectif d’avocat, était en conférence ce mercredi, 09 mai 2019 à la maison de presse. Objectif, dénoncer ce qu’ils qualifient d’enlèvement et de séquestrations d’un homme d’affaires du nom de Mamadou Alimou Barry.

Selon Maitre Sékou Koundiano un des avocats, il aurait été interpellé dans la rue le 19 avril 2019 aux alentours de Simbaya

« il a été intercepté par les éléments de la police de la B.R.I qui l'ont conduit ce séjour là dans les locaux de commissariat à Kaloum,  de ce commissariat, il a été transféré à la direction centrale de la police judiciaire, de là-bas, il a été transféré aux commissariat urbain de police de mafanco où j'ai eu l'occasion de le rencontrer et d'échanger un tout petit moment avec lui et depuis on arrive plus à communiquer avec ce client, ce qui nous semble extraordinaire dans notre pays. Nous avons estimé que nous avons dépassé  cet étape dans notre pays »  à entamé maître Sekou Koundiano

 A en croire maitre Sékou Koundiano, malgré toutes les démarches notamment auprès du ministre de la Justice, il n’y a plus eu de contact entre les avocats et leur client.

 «Il ne sait pas pourquoi il est retenu par la police. Il n’est accusé de rien. Cela fait 3 semaines qu’il croupit à la CMIS de Bambéto, derrière la mosquée des Turcs. Nous sommes écœurés face à cette situation inédite», lance Kondiano. Plus loin, l’un des avocats laisse entendre que leur client serait reproché d’atteinte à la sûreté de l’Etat, mais rien d’officiel ne l’indique.

Pour Me Abdoul Kabélé Camara, ancien ministre de la Sécurité et membre de ce pool d’avocats,  «c‘est la preuve que les lois et les règlements ne sont pas respectées dans ce pays».

Ngassimou Diallo