Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 446 invités et un membre en ligne

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

2018 s'annonce avec des signes peu encourageants pour le Guinéen lambda. Les chômeurs sont de plus en plus nombreux. Bien de fonctionnaires de l'Etat ont été remerciés, sinon évincés de leurs postes, en raison de la ségrégation permanente utilisée par le pouvoir Condé. Ils viennent grossir le rang des déflatés, des chômeurs et autres diplômés sans emplois, dont l'échantillon devient plus que représentatif du pays.

Entre temps, les appels téléphoniques avaient été surtaxés, les investissements privés de plus en plus rares, le courant électrique de plus en plus cher, et maintenant plus de Canal et de télé. C'était un recours pour le misérable guinéen de perdre son temps derrière le petit écran.

La télé était l'un des rares moyens permettant à plus d'un de chasser le chagrin provoqué par 60 ans de dictature et de mal gouvernance. Mais, hélas! On vient de leur en priver, sous prétexte que les distributeurs anonymes n'auraient pas le droit de partager Canal dans les quartiers populaires.

Maintenant que la vie est devenue insoutenable, par la faute même d'un régime qui hait ses citoyens, et que la crise politique est récurrente, et qu'il n'y plus de télé chez les pauvres, qu'arrivera-t-il e cas de manifestation? Tout le monde sera dans la rue. Advienne que pourra!

A tous ces problèmes, il faut ajouter le manque de formation des élèves et étudiants, le manque de nourriture car dans la plupart des foyers, on a du mal à assurer un repas journalier. Or on entend dire que l'argent est détourné par les gouvernants et l'on voit pousser, comme des champignons, des villas cossues, des hôtels,...

On entend dire que le président a distribué des milliards, par-ci par-là, comme lors de dernière présidentielle, où des sacs de riz et des montants ont atterri chez certains, histoire d'acheter leur vote...

On entend parler de ce manque de volonté d'établir une véritable justice dans ce pays. Pays où le pauvre subit toute la rigueur de la Loi mais le riche s'y échappe. Une justice à deux vitesses. Une justice du plus fort. La prétendue tentative d'attentat au domicile d'Alpha Condé a été vite jugée alors que le massacre du 28 septembre doit attendre encore. D'ailleurs, les auteurs de ce douloureux chapitre ont reçu plutôt une promotion, en étant nommés à des postes juteux, s'ils n'ont pas bénéficié de rémunération en espèces sonnantes et trébuchantes.

Autant dire que le mécontentement est grandissant, au fur et à mesure que les conditions de vie se dégradent et la misère s'installe partout. Le fossé entre riches et pauvres s'est creusé, et la promiscuité entre les uns et les autres ne fait qu'exacerber les rancœurs, à tel point que sur toutes les lèvres, il n'y a plus que le refrain : "soulèvement et assaut final pour enterrer injustice, mal gouvernance,ségrégation, médiocrité et clore le chapitre de 60 années de déception collective".Il faut donc craindre le débordement en 2018.

C'est d'autant plus inquiétant que les charlatans prédisent le chaos, la confusion et la destruction avant la présidentielle de 202.

Ibrahima Baldé, pour ramatoulaye.com

Tel: 626 30 60 90