Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 503 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

A l’occasion de la journée internationale de la jeune fille, ce vendredi, 11 octobre 2019, «Je m’engage contre le viol des enfants», une synergie d’associations qui luttent contre les violences faites aux femmes en Guinée, a organisé des manifestations pour dénoncer le viol dans les différentes communes de Conakry.

A Dixinn, c’est Aissata Rougui Camara, présidente d’une structure  de communication qui était à la tête des manifestantes : « Tous les jours, ce sont les mêmes violeurs qui ne subissent pas la rigueur de la loi. On a décidé de se faire entendre. On a décidé de se faire entendre, vous n’êtes

pas sans savoir qu’il ne se passe un jour sans qu’une jeune fille ne soit violée chez nous ici, ou ailleurs dans le monde » a-t-elle souligné.

Alors, poursuit Aissata Rougui Camara, nous avons jugé nécessaire de faire une synergie d’action. «C’est-à-dire se retrouver entre nous femmes et autres personnes de bonne volonté, qui veulent s’ajouter à nous pour lutter contre ce phénomène en Guinée. On s’est dit de se retrouver pour profiter de la journée du 11 octobre 2019, pour militer encore une fois pour que le viol surtout sur des mineurs s’arrête en Guinée», dit-elle.

Alors nous avons jugé nécessaire poursuit-elle, de faire une synergie d’action ; c’est-à-dire se retrouver entre nous les femmes et les personnes de bonne volonté, qui veulent s’ajouter à nous pour lutte contre ce phénomène en guinée. On s’est dit de se retrouve pour profiter de la journée de vendredi, 11 Octobre 2019, pour militer encore une fois pour que le viol surtout sur des mineurs de 8 ans, de 6ans…. etc. s’arrête en Guinée.

« Nous demandons à l’Etat de nous assister dans ce combat noble, ce que nous nous pouvons faire, c’est de dénoncer, mais l’application de la loi sur le viol, c’est eux qui doivent le faire. Et ça nous le demandons », a t- elle conclut.

Oumou Koultoumi Bah.