Embouteillage au marché de Sonfonia Gare : A qui la faute ?
Imprimer
Affichages : 2212

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Le marché de Sonfonia Gare, situé à l'extrême banlieue de la commune de Ratoma, entre les quartiers Cimenterie, Antag et Wanindara est un endroit dont son emplacement ne laisse rien à craindre sur les risques de tout genre.

En provenance de la Cimenterie, juste après les rails, vous tombez nez-à-nez à un grand carrefour à sens giratoire la transversale n°7 (T7). A quelques mètres de ce carrefour, un embouteillage qui n’en saute les yeux. Tout juste, impressionnant.

Du rond-point T7 au marché en question, il n'y a plus de 200 mètres à parcourir. Mais cela peut valoir de la quinine à ingurgiter. Pour cause, plusieurs facteurs y répondent au grand dam de tous les pratiquants de cette route en partance les matins pour le centre-ville ou des lieux d'activité situés après le marché de Sonfonia Gare.

Les causes de cet interminable bouchon seraient entre autres l'indiscipline des chauffeurs de Taxi et de Minibus d'un côté et de l'occupation anarchique de la chaussée par les marchands ambulants et étalagistes ainsi que les policiers d'autre part.

Parlant de ces facteurs mis en cause, il vous conviendra que l'indiscipline des chauffeurs est sans ambages comme vous le constaterez sur une voie de deux lignes maximums,

vous y trouverez quatre. Plus loin, à la Gare, on constate un problème de stationnement. Des taximans ne choisissent point un bon endroit pour garer afin de prendre de passagers sans causer préjudice aux autres usagers de la route.

Après les bavures des chauffeurs de Taxi, un autre phénomène plus préoccupant est l'occupation de la voie par les marchands ambulants et étalagistes et cela malgré l'implantation des murets par le gouvernement. Ces marchands qui jonchent la chaussée sont parfois repoussés par une montagne d'ordure qui, à son tour dégage une odeur nauséabonde.

A côté de tous ces problèmes susmentionnés affectants sérieusement la circulation des personnes et leur bien, il y a la visibilité sur tout le long de ce trajet des policiers qui ne sont quasiment là que pour s'en prendre aux citoyens qui refusent de porter les bavettes dont le port est rendu obligatoire par les autorités pour cause de coronavirus. Tout cela dans le but de se faire de l'argent avec les 30 mille GNF imposé comme amende pour les récalcitrants.

En fin, en aval de ce périple de Sonfonia marché, il se trouve une route complètement dégradée et dont la traversée nécessite une réelle maîtrise du volant sinon on risque d'abîmer son engin et le perdre en cours de chemin. Si rien n'est pas pour cet axe, la circulation risque d'être fortement impactée surtout avec l'arrivé de la saison des pluies.

Moussa Thiam