Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 319 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

La crise sociopolitiques meurtrières enregistrée ce dernier temps notamment autour du scrutin du 18 octobre 2020 a empiré la souffrance de la population. La paralysie des activités à un impact négatif sur les populations avec une hausse généralisée des produits de consommation courante.

Le prix du Kg de viande a connu une hausse impressionnante, passant de 45 à mille à 60 mille GNF par endroit dans les boucheries de Conakry, notamment à Ratoma et Kaloum.

 Algassimou Diallo est un vendeur de viande à Matoto. Interrogé par notre reporter à ce sujet, il apporte des précisions : « c’est vrai que le prix de kg de viande varie entre 53 000 GNF à 55 000 GNF. Chez nous ici pour le moment c’est 53 000 GNF. Mais ne soyez pas étonné quand on vend à Kaloum le kg à 60.000fg. Il y a un manque criard de boeufs actuellement. La Commune de Kaloum se procure à partir d’ici. Donc quelqu’un qui quitte Kaloum vient à Matoto pour acheter, forcement il tiendra en compte le prix du transport. Il ne fait pas tout ça pour ne rien avoir. Il a besoin d’un bénéfice. S’il fixe son prix à 58 ou 60 mille GNF. Ce n’est

pas mal, et s’il n’y a rien est-ce que celui qui a l’argent va acheter ? 

Il faut dire que tout ça, c’est dû à la crise de ce dernier temps. Il n’y a pas de passage, les routes sont barrées. Une vache actuelle se négocie entre 6 millions à 7 millions voire 8 millions GNF, ça dépend du poids ou la qualité de l’animal. Donc c’est normal que le prix grimpe pendant les crises, c’est comme ça partout. En temps normal, il n’y a pas de problème. Jusqu’au 18 octobre c’était entre 40 ou 45 mille GNF le kg. Mais aujourd’hui, à cause de la crise post-électorale, c’est entre 53 à 55 mille GNF, c’est normal mais ça va passer. Je pense que ça vaut mieux d’avoir la chose à un prix cher que de ne pas l’avoir quand tu le désir.

En plus il ne faut pas en vouloir à ceux qui se procure à partir de Matoto, il faut tenir compte le coup du transport. Si à Entag ou à Kaloum le bouché vend le kg à 60 mille, ce n’est pas étonnant, c’est la rareté de la chose qu’il faut voir. Aujourd’hui par exemple à l’abattoir ici, on n’a pas plus de 6 vaches, et si c’est seulement ces 6 vaches qui doivent servir : Kaloum Dixinn, Matam et Entag, on a l’habitude d’avoir 15 jusqu’à 20 vaches à abattre par jours, essayer de voir dans les marchés actuellement, une aubergine qui se vendait à 500 GNF, aujourd’hui se vend à 1 000 GNF. Donc, encore une fois en temps de crise, c’est comme ça, c’est pourquoi on ne doit souhaiter la crise… » 

Propos recueillis par Hassatou Bah