Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 623 invités et un membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

La reprise effective des activités minières dans la préfecture de Boké est conditionnée à la libération du secrétaire général de l’Union Générale des Travailleurs de Guinée (UGTG), le syndicaliste Aboubacar Sidiki Mara, selon le secrétaire général du syndicat de l’ United Mining Suppley (UMS), El hadj Karamba Coumbassa, rapporte le correspondant de l’AGP à Boké.

 

Joint au téléphone jeudi, 10 mai 2018, El Karamba Coumbassa a précisé :

 

«Hier mercredi, après notre entretien avec l’inspecteur général du Travail et celui des Mines, nous avons effectivement été sur le site pour sensibiliser les travailleurs. Mais, ces derniers disent qu’ils ne reprennent pas le travail tant que Mara n’est pas libéré.

 

C’est pourquoi, j’ai joint au téléphone les syndicats de la SMB, UMS et Wap, pour leur dire de se rendre ce jeudi matin, au bureau de monsieur le préfet pour continuer les négociations, afin que le travail soit repris. Donc, nous sommes à cette phase-là…».

 

Depuis hier nuit, les activités ont timidement repris sur le site de Katougouma, selon les inspecteurs généraux du Travail et des Mines, respectivement Dr Alia Camara et Alhousseine Kaba. Ajoutant, que sur le site en question, ils ont eu des syndicalistes avec qui, désormais, ils vont discuter des conditions de travail des employés.

 

Aux dernières nouvelles, dans la nuit du mercredi, il y eu des individus qui ont incendié des pneus aux alentours de la Direction de la SMB à Boké.

 

Qu’à cela ne tienne, rassure l’inspecteur général des Mines, Alhousseine Kaba : «l’administration du travail est prête à recevoir et à examiner le préavis de grève des travailleurs qui continuent à s’agiter. Déjà, nous sommes avec des syndicalistes qui, visiblement, sont prêts à aller à la négociation avec nous chez le gouverneur ou le préfet…».

 

A l’analyse, l’espoir va grandissant…

AGP/10/05/018          MMC/ST