Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 596 invités et aucun membre en ligne

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Le premier ministre chef du gouvernement de la République de Guinée, Mamady Youla a présidé, mercredi, 18 octobre 2017, à Conakry, les travaux de la journée nationale de concertation pour la validation de la nouvelle politique culturelle du pays, en présence des représentants de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO) et l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), a suivi l’AGP.

 

Souhaitant la bienvenue aux invités, le ministre des Sports, de la Culture et du Patrimoine Historique (SCPH), Sanoussy Bantama Sow a tout d’abord exprimé sa profonde gratitude au président Alpha Condé et à son gouvernement, dont le soutien et l’appui sous toutes les formes, ont permis l’élaboration de ce document de la nouvelle politique culturelle, soumis à validation.

 

Pour le ministre, ce document soumis à validation a la redoutable prétention de s’exprimer au nom de toutes les parties prenantes du champ culturel guinéen. Il fait un diagnostic, sans complaisance des acquis, mais aussi de des insuffisances et de faiblesses. Il décline la nouvelle politique culturelle nationale en trois grands axes, 13 objectifs spécifiques et 90 actions prioritaires.

 

«Certaines activités ont déjà été engagées par mon département, mais ces initiatives sont encore dispersées, inégales, parfois purement conjoncturelles et aléatoires.

 

La nouvelle politique culturelle nationale ne consistera pas à nier ces acquis, mais plutôt à favoriser les synergies et à renforcer les dynamiques amorcées tout en ouvrant la voie à de nouvelles initiatives pour de nouveaux acteurs, dans un souci de pertinence et d’équité sociale et géographique, dans un projet culturel de tous les guinéens, voulu par tous et mis en œuvre par tous les guinéens», a martelé-t-il le ministre des SCPH.

 

A l’occasion, les deux institutions, l’UNESCO et l’OIF, se sont félicitées de l’existence de cette politique culturelle, tout en donnant leurs détermination et engagement à la soutenir car, rassure-t-elles, «aucun pays ne pourra atteindre le développement durable sans une place à la culture». Sur ce, le représentant de l’UNESCO à la cérémonie, Ydo Yao a encouragé la Guinée à ratifier la Convention de 2001 de l’UNESCO relative à la Sauvegarde du Patrimoine.

 

A noter, que la tenue de cet atelier marque la fin du processus d’élaboration de la nouvelle politique culturelle, qui a été entamé depuis plusieurs semaines dans les quatre Régions naturelles de la Guinée, avec des experts et cadres du département des SCPH.

 

Les participants, venus des préfectures et des sous-préfectures du pays, ont échangé, identifié les problèmes spécifiques de leurs localités respectives, interpellé les acteurs locaux et nationaux, formulé des recommandations et proposé des solutions, dont la pertinence et la justesse ont été appréciées.

AGP/19/10/017         TA/ST