Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 201 invités et aucun membre en ligne

Contact Us!

Journal RTG & Autres vidéos

Journal RTG du 20 Oct. 2019 Journal Evasion du 19 Oct. 2019 Journal Espace du 15 Oct. 2019

Actualités Politiques

loading...

Actualités Internationales

loading...

Actualités économiques

loading...

Actualités sportives

loading...
loading...

Écologie-Santé

loading...

Opinions

loading...

Culture

loading...

Société

loading...
loading...

Revue des articles

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Ousmane Gaoual Diallo, député de l’Union des forces démocratiques de Guinée (Ufdg) jure que si le parti a perdu à Paris lors de la présidentielle du 11 octobre, c’est la faute à Bah Oury, vice-président exilé d’alors de la principale formation politique de l’opposition.

‘’Nous avons été à trois à Bruxelles. Bah Oury, Cellou Dalein et moi-même. On a fait une tournée de pré-campagne. En ce moment-là, il était partant pour aller aux élections’’, révèle le bouillant député. Qui indique qu’il était le seul opposé à la participation de l’UFDG  aux élections. Et que Bah Oury, lui, avait développe les arguments pour dire qu’un parti politique à l’envergure de l’UFDG ‘’ne pouvait pas ne pas aller aux élections‘’.

Plus loin,  il confie que Bah Oury est allé jusqu’à appeler les militants et sympathisants de l’UFDG à se mobiliser pour le vote du 11 octobre. ‘’Comment il peut prétendre qu’il n’était pas associé ?‘’, s’interroge le parlementaire.

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Christiane Taubira a annoncé, mercredi, sa démission du gouvernement après trois années au poste de ministre de la justice. Retour sur une personnalité politique que la gauche adule autant que la droite déteste.

Ses réparties ironiques teintées de poésie ne résonneront plus le mercredi dans l’hémicycle du Palais Bourbon, lors des questions au gouvernement. Christiane Taubira a remis, mercredi 27 janvier, sa démission à François Hollande, quelques heures seulement avant que le Premier ministre ne présente aux députés la dernière mouture du texte sur la déchéance de nationalité, auquel elle est opposée. "Parfois, résister c'est rester, parfois résister c'est partir. Par fidélité à soi, à nous. Pour le dernier mot à l'éthique et au droit", a tweeté la garde Sceaux en guise de salut.

Add a comment

loading...

Actualités locales

loading...