Procès du massacre du 28 septembre 2009 : Saikou Yaya préfère la CPI que la justice guinéenne
Imprimer
Affichages : 1390

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Dans une interview accordée à nos confrères de Fim FM, le jeudi, 02 décembre 2021, Saikou Yaya Barry revient sur l’accord de visite accordé aux deux anciens présidents de la Transition (2008-2010) par l’actuel chef d’Etat. Par ailleurs, pour ce membre de l’UFR, l’engagement de la junte à conduire le procès du massacre du 28 septembre 2009, est salutaire, mais il serait mieux, selon lui de laisser ce dossier à la CPI.  Lisez !

Bonjour honorable Saikou Yaya Barry ! Dans un communiqué le CNRD a donné son feu vert au Général Sékouba Kouyaté et au commandant Moussa Dadis Camara d’effectuer une visite en Guinée. Quelle est votre réaction ?

Je pense que c’est une bonne chose, c’est leur pays. Je pense que pendant ces 11 ans, 12 ans, ces personnalités ne sont pas venues chez elles, il est important de savoir que c’est une

bonne chose. Nous estimons qu’à partir de leur arrivée, ils continueront à nous aider à éclaircir les évènements qui se sont passés le 28 septembre 2009 au stade de Conakry.

 Vous parlez des évènements du 28 septembre 2009, une délégation de la Cour pénale internationale (CPI) a séjourné la semaine dernière à Conakry. Elle donne 3 mois aux autorités de la transition d’organiser ce procès. Est-ce que vous croyez à la tenue de ce procès dans ce délai ?

Je crois que c’est la volonté qui doit primer sur ça. C’est la volonté de vouloir le faire qui nous amènera à obtenir rapidement ce procès. C’est qu’il n’y avait pas la volonté politique pendant les 12 ans de règne d’Alpha Condé. Il n’a jamais voulu que ce procès ait lieu. Aujourd’hui si la junte prend l’engagement auprès de la CPI pour conduire ce procès, nous ne pouvons qu’applaudir.

Mon souhait personnel, c’est de passer ce procès à la CPI qui sont plus outillés à gérer ce genre de projet parce qu’en Guinée, aujourd’hui nous avons d’autres tueries, d’autres massacres qui se sont tenus en Guinée. N’oubliez surtout pas qu’il y a des charnières en Guinée Forestière. Nous avons perdu près de 400 jeunes gens pendant les manifestations à Conakry. Des enquêtes doivent s’ouvrir parce que nous ne sommes pas au courant de ce qui est arrivé jusqu’à présent. (…) La priorité est de mettre les institutions Républicaines en place. Aujourd’hui nous avons besoin d’avoir des institutions fortes, légales et légitimes dans notre pays, ça doit être la priorité du CNRD. Il serait judicieux de passer ce dossier à la CPI pour juger l’affaire.

 Nous sommes dans une transition qui est conduite par le Colonel Mamadi Doumbouya est-ce qu’il n’y a pas de risque de perturbation de la transition avec l’arrivée de ces deux ex-chefs d'Etat ?

Aucunement selon le communiqué. Ils viendront rendre visite. Je rappelle que Konaté est déjà dans le conseil de sécurité qui a installé le CNRD, donc il est membre de ce conseil. Je crois qu’il faut regarder ça d’une autre manière(…). Les Guinéens ont besoin de savoir la vérité. Il ne peut y avoir de perturbation à cela. Je crois que nous sommes dans la logique de normaliser notre vie politique et économique de notre pays. Ça ne sert à rien de créer des tensions inutiles.

 Est-ce qu’en acceptant que Dadis retourne en Guinée, on se rappelle aussi qu’il est leader d’un parti politique. Est-ce que ce n’est un autre adversaire politique pour vous, pour les élections présidentielles à venir ?

Tous les Guinéens sont libres, du moment où ils n’ont pas un empêchement judiciaire. Les Guinéens sont libres de se présenter. Ce qui est clair aujourd’hui, nous devons sortir de l’émotion. Nous devons sortir des clichés afin de trouver la bonne personne pour diriger le pays. Nous avons commis une grande erreur. Nous avons raté le tournant de 2010 en donnant le pays à quelqu’un qui n’a jamais servi, qui n’a jamais construit quelque chose dans notre pays. Ça été une erreur. Je crois qu’aujourd’hui, les Guinéens doivent réfléchir mieux pour trouver la bonne personne, qui soit expérimentée, qui soit de la qualité, qui soit d’une probité morale pour diriger notre pays.

 Pour vous la bonne personne c’est Sidya Touré ?

Évidemment, si vous me demandez, je vous dirais que c’est Sidya Touré, par le fait qu’on ne peut reprocher Sidya Touré d’avoir détourné quoi que ce soit dans notre pays. La seule période que les Guinéens ont vécu avec aisance ici, c’est la période où il a été Premier ministre. Je rappelle qu’il n’était qu’un Premier ministre d’un pouvoir militaire, mais les Guinéens ont soufflé à cette époque. Je crois aujourd’hui en donnant le pays à ce dernier, nous pouvons gagner mieux et aller rapidement dans un développement harmonieux

 Selon vous, en autorisant ces deux anciens présidents à revenir, quel message Mamadi Doumbouya envoie-t-il à l’endroit des Guinéens ?

C’est un message de cohésion, un message d’unité, un message de tolérance qu’il envoie aux Guinéens à ce que je sache. Je ne sais pas quelles sont ses pensées à lui, c’est comme ça je perçois la chose, c’est une bonne chose.

 Transcrit par Alpha Amadou Diallo