Convention nationale du RPG/AEC : La « belle parade » d’Alpha Condé qui risque d’être trop tard !
Imprimer
Affichages : 1708

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Le discours tenu par le chef de l’Etat à la convention nationale du RPG/AEC le jeudi 06 aout 2020 dans la salle des congrès du Palais du peuple, diversement apprécié dans la Cité, revêt d’une rhétorique d’un as politique. A quelques mois de la tenue des élections présidentielles, comme il a toujours su faire, Alpha Condé tente de remobiliser les troupes, notamment ses militants de première heure, qui pour la plupart continuent de souffrir.

Vêtu d’une chemise à l’effigie du parti, sous les ovations de ses partisans et des membres du gouvernement, Alpha Condé sur l’estrade charme dès l’entame de son allocution, ceux qui ont porté dès les années 1992-1993, les t-shirts jaunes. Le locataire de Sékhoutoureya ne fait pas dans la dentelle pour passer le savon les hauts dignitaires de son régime, sur qui il rejette la responsabilité de l’oubli de ses premiers militants.

Sachant que la désapprobation de ces derniers pourrait être une bourde à sa candidature, Alpha Condé qui « vit politique, mange politique, boit politique », selon l’ancien Premier ministre Lansana Kouyaté, conditionne sa candidature à l’élection présidentielle, au bénéfice des retombées du pouvoir avec les militants de première heure, grâce auxquels il est à sa « place aujourd’hui ».

« Je vous ai entendu, je prends acte. Si vous voulez que j’accepte vote proposition, il faut que vous vous engagiez que le RPG soit ce qu’il était avant, un parti qui n’oublie personne. Le bilan c’est bien. Mais si vous voulez que je continue, il faut que vous vous engagiez pour que ceux qui se sont battus retrouvent la joie de vivre», laisse-t-il entendre pour regagner sans doute le cœur des anciens, qui, il faut signaler certains d’entre eux ne cachent plus ces derniers temps leur amertume vis-à-vis du régime Condé. Pour ces anciens, le régime Condé aurait pu mieux faire pour eux.

En tissant les lauriers à ses premiers partisans qui se sont battus corps et âmes contre vents et marrées, avec lesquels il a trinqué durant des années pour l’installer à Sékoutoureya en 2010, Alpha persiste : « je ne voudrais plus qu’on gouverne comme avant. C’est-à-dire qu’on laisse les gens qui se sont battus au bord de la route ».

Sur ce, le chef de l’Etat, interpelle son gouvernement : « Si le gouvernement dirigé pour le moment par mon frère Kassory s’engage dans cette voie, on s’entendra. Mais il faut que tous les responsables, les ministres, les hauts fonctionnaires, les membres du parti chacun change son comportement », entonne-t-il.

Opposants et jeunes de l’axe mis en exergue

Stratégie ou bien vérité, Alpha Condé a une nouvelle fois mis en exergue les jeunes de l’axe. « Je comprends les jeunes de Bambéto et d’autres, parce qu’ils n’ont pas de maisons de jeunes et de centres de loisirs. Mais, ceux qui parlent ont vu ça, mais n’ont jamais rien fait pour le changer. S’ils avaient changé, ces gens-là ne seraient pas là aujourd’hui. Au lieu de les aider, on les drogue », fulmine Alpha Condé à l’endroit de ses opposants, tout en soulignant que : « ce que nous voulons, c’est une jeunesse guinéenne unie, qui se bat pour son avenir et qui est contre l’ethnocentrisme. L’ethnocentrisme, c’est toujours manipulé par des politiciens qui n’ont pas de programme ».

Plus loin, dans le même sens, le chef de l’Etat remonte les bretelles à ses adversaires.

« Qu’on laisse les démagogues qui n’ont rien fait pour ce pays, qui ont détourné, non ! C’est pourquoi, nous devons faire un débat, bilan contre bilan pour savoir qui est qui. Il faut que la jeunesse sache celui qui parle a fait quoi pour le pays et quelle a été sa gestion. Parce que, la Guinée est le seul pays qui a comme particularité, des opposants qui sont tous des anciens premiers ministres, c’est-à-dire qui ont gouverné. Donc, on doit savoir quel est leur bilan », a lancé le président de la République.

Cependant, dans son allocution, l’ancien opposant historique a appelé ses militants à marcher sur ses pas. «Je ne considère jamais un Guinéen comme ennemi. Seul le peuple compte, le RPG n’a pas d’ennemi en Guinée. Tous les Guinéens sont des citoyens Guinéens. Les uns peuvent nous considéré comme des ennemis, mais nous on va jamais considérer un Guinéen comme ennemi. Et je vous demande aussi d’être tolérants, il ne faut pas dire tel m’a fait ceci… donc, soyons ouverts, soyons tolérants, la Guinée ne peut avancer qu’unie », a-t-il demandé à ses militants, tout en mettant en garde les squatter du pouvoir. A ceux qui viennent à la mouvance présidentielle « pour partager le gâteau ».  « Non ! Le gâteau n’est pas à partager, le gâteau est là pour le donner au peuple de Guinée: les jeunes, les femmes, les villageois, etc. Voilà la réalité. Ceux qui viennent seulement dire on vient pour partager le gâteau, moi je ne connais pas de gâteau, je ne connais que le peuple de Guinée », martèle Alpha Condé.

Ce discours du président de la République est une « belle parade » qui marque les esprits au sein de la mouvance présidentielle, même si au niveau de l’opposition, on parle d’une attitude cauteleuse.

Du côté des «oubliés», les lieutenants en place auront du pain sur la planche pour leur faire adhérer au projet du chef de l’Etat, quand on sait que les dernières manifestations enregistrés en Haute Guinée (fief traditionnel du RPG), affichaient déjà la frustration.

N’ont-ils pas assez entendu pour ne rien croire, après dix années de gouvernance. Mais rien n’est trop tard pour bien faire comme le dit l’adage.

Qu’à cela ne tienne, Alpha tente de rectifier le tir en ménageant la chèvre et le chou, pour faire prospérer son projet.

Sadjo Diallo