Présidentielle 2020 : Quand le candidat Elie Kamano donne des leçons à l’opposition…
Imprimer
Affichages : 2058

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

L’artiste Elie Kamano a été investi dimanche dernier, candidat du Parti Guinéen de la Solidarité et de la Démocratie (PGSD), à l’élection présidentielle du 18 octobre 2020. Dans son discours de circonstance, le reggae man Guinéen, tout en justifiant sa candidature, a invité les leaders de l’opposition à prendre part à ce scrutin crucial, pour dit-il « battre Alpha Condé ».

« Une lutte s’exprime par deux voies : la première s’exprime par des protestations, des manifestations voire même des émeutes qui conduisent souvent les pays dans des chaos indescriptibles et la seconde, c’est par les urnes. Quelle est la voie qui nous reste à expérimenter ? Un adage, nous dit: celui qui règne par les armes, finira par les armes. Mais Alpha Condé n’est pas arrivé par les armes, il est arrivé par les urnes. Alors si Alpha Condé se présente, allons le battre dans les urnes en octobre prochain », explique au tout début de son allocution. 

Poursuivant, le président du PGSD, interpelle ses collègues de l’opposition. « Ce que les protestations de rue, les morts de jeunes dans les manifestations et les accords mal accordés n’ont pas résolus, prenons le soin de le résoudre autrement, car, personne ne pourra indéfiniment et éternellement garder un pouvoir qui lui a été confié par Dieu et par sa société. Beaucoup ont volé, beaucoup ont tué, beaucoup ont réalisé avec le bien du contribuable dans l’opposition comme dans la mouvance. D’autres ont même construit avec le sang du peuple. Mais que représente 10, 15 et 20 ans dans la vie d’un peuple ? Sachez tout simplement que par la loi de la nature, le bien mal acquis ne profite jamais », martèle Elie Kamano.

Et d’ajouter : « Tout finira par finir tôt ou tard. On n’a donc pas besoin d’être barbare. Faisons-en sorte comme dans les autres pays, que les urnes soient notre recours », lance le candidat du PGSD. 

Sadjo Diallo