« Détournement » de 200 milliards GNF : Le parti au pouvoir se divise !
Imprimer
Affichages : 2434

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Le « détournement » de 200 milliards GNF par « la ministre de l’Enseignement Technique et de la Recherche Scientifique » relayé par la presse, divise le parti au pourvoir, auquel appartient la mise en cause, Djenab Dramé.

Si dans la journée du jeudi, 26 novembre, le gouvernement s’est hâté à publier un communiqué pour démentir bec et ongles ce détournement, le lendemain (vendredi 27, novembre), la jeunesse du RPG/AEC affiche le contraire. Dans une déclaration, elle exige toute la lumière sur cette affaire.

 « La jeunesse du parti regrette le communique de démenti du gouvernement sur un détournement présumé de 200 milliards de nos francs, sans avoir pris le temps nécessaire pour examiner le dossier », dénonce d’entrée la jeunesse du parti au pouvoir, tout en appelant le gouvernement à appliquer à la lettre les consignes du président de la République, notamment, « contre les détournements des deniers publics, la corruption, bref tous les maux dont souffre l’administration guinéenne ».

« La jeunesse du parti demande à l’Inspection Générale des Finances, à l’Inspection d’Etat, au Secrétariat Général de la lutte

contre la Drogue et Crimes organisés et à la Cour des Comptes de faire toute la lumière sur ce détournement présumé de 200 milliards entre les cadres des Ministères de l’Enseignement Technique, du Budget, des Finances et d’autres cadres qui seraient parrain, ce, afin d’éclairer la lanterne publique sur ce dossier bruyant et lever toute équivoque », lance-t-elle.

Cette déclaration qui revêt comme une fronde contre le gouvernement, ne serait pas du goût de certains ténors du parti.

Contacté par notre rédaction, un des membres du bureau politique national du RPG/AEC, en off, rejette la déclaration des jeunes. Selon lui, ces derniers devaient se contenter du communiqué du gouvernement. Plus loin, il nous confie que tout sera tiré au clair le samedi 28 novembre 2020.

Il faut souligner qu’au moment où nous mettions sous presse, le parquet du tribunal de Kaloum, a ouvert, une enquête sur cette affaire qui fait les choux gras de la presse. « Soit pour détournement, soit pour diffamation », a précisé le procureur de la République dans un communiqué.

Sadjo Diallo