Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 492 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Au moins 60 personnes ont été tuées la semaine dernière dans des affrontements entre gangs rivaux dans la capitale d'Haïti, où des gangs armés contrôlent la quasi-totalité de Port-au-Prince. Selon, (rfi).

Les Haïtiens font face à une "violence cauchemardesque", poursuit la source de la part de ces gangs, notamment des enlèvements, des viols, des meurtres et des fusillades dans des zones résidentielles. La situation s'est détériorée au point que le pays n'a ni gouvernement ni État. L'insécurité affecte tous les secteurs de la société et aucun groupe n'a été épargné par les enlèvements, y compris les médecins, les prêtres, les enseignants et les vendeurs de rue.

 La situation rappelle les violences qui ont précédé le génocide rwandais. Haïti a une population, un PIB et une topographie similaires à ceux du Rwanda. Il y a une abondance d'armes de gros calibre entre les mains des civils et des groupes armés, tandis que la police et l'armée sont sous-équipées. L'incitation à la violence sur les réseaux sociaux a également augmenté.

Selon, elle. La communauté internationale a décidé de ne pas intervenir militairement, mais plutôt de mettre en place une

politique de sanctions contre le personnel politique, les entreprises et le secteur économique. Cependant, la situation s'est aggravée depuis l'imposition de ces sanctions. La première responsabilité de la crise incombe aux Haïtiens, qui ne parviennent pas à s'entendre même sur une question aussi brûlante que l'insécurité.

Cependant, la communauté internationale a aussi sa part de responsabilité, ayant été témoin de la détérioration de la situation pendant l'occupation du pays. La situation en Haïti est ignorée et un génocide se prépare. Il vaut mieux éviter ce massacre qui s'aggrave de jour en jour. Les Haïtiens ne peuvent pas le faire seuls et ils ont besoin de l'aide de la communauté internationale.

Algassimou Diallo