Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 518 invités et aucun membre en ligne

Contact Us!

Journal RTG & Autres vidéos

Journal RTG du 20 Août 2020 Journal Evasion du 18 Août 2020 Journal Espace du 20 Août 2020

Actualités Politiques

loading...

Actualités Internationales

loading...

Actualités économiques

loading...

Actualités sportives

loading...
loading...

Écologie-Santé

loading...

Opinions

loading...

Culture

loading...

Société

loading...
loading...

Revue des articles

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Dans un tournant dramatique lors de ce mardi 30 janvier, Mandian Sidibé, l'ancien directeur général de la radio Planète FM et actuel chef de l'Office guinéen de publicité (OGP), a pris la parole devant le tribunal lors du procès lié aux événements déchirants du 28 septembre 2009. Bien que physiquement éloigné du pays au moment des horreurs, Sidibé a déclaré posséder des informations cruciales concernant le massacre.

D'une voix empreinte de solennité, il a exprimé sa gratitude envers Dieu pour avoir préservé sa vie jusqu'à ce jour. Sidibé a souligné la nécessité de rechercher la grâce divine pour les âmes de ses compatriotes injustement tombés lors de cette tragédie. Il a également remercié une personne non spécifiée qui lui a permis de revenir en Guinée, mettant en lumière la complexité de son retour depuis son exil en 2013 au Sénégal, puis en France, en raison de ses déclarations à la radio Planète FM.

L'exil de Sidibé en France, qui a débuté en novembre 2013, a été marqué par sa demande d'asile en juillet 2017, accordée hâtivement cinq jours plus tard. Il a attribué son retour en Guinée à la main tendue du Général Mamadi Doumbouya, le remerciant pour la confiance placée en lui pour diriger l'OGP.

Évoquant son rôle en tant que journaliste d'investigation, Sidibé a souligné la subtilité de la profession, reconnaissant qu'il pouvait parfois être nécessaire de sacrifier la vérité pour obtenir des informations. Il a précisé que ses déclarations sur les réseaux sociaux concernant les événements du 28 septembre n'étaient pas des informations directes de sa part, mais plutôt des renseignements

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Pas d’eau, pas d’électricité, pas d’essence, pas d’Internet ! Vivre sous le règne de Mamadi Doumbouya, c’est débarquer directement en enfer sans passer par la tombe.

Aux dernières nouvelles, un millier de Guinéens aurait demandé et obtenu l’asile à Gaza où, comparée à la nôtre, la vie ferait plutôt penser à l’Eden.

Et voilà que notre colosse de légionnaire que les professionnels de la démagogie ont surnommé « colonel bâtisseur » (pour avoir barbouillé la façade de la mosquée Fayçal ou pour avoir creusé les fossés de Bambéto ?) vient de se bombarder Général d’armée, sans doute pour se féliciter d’avoir aggravé nos supplices. Pas Général de brigade, pas général de division, tout droit Général d’armée alors qu’en France, il n’a jamais dépassé le grade de caporal !

Aujourd’hui, Général comme le fut Lansana Conté ; demain maréchal comme le fut Mobutu ; après-demain, empereur comme le fut Bokassa ! Ne rigolez pas ! Nous sommes en Afrique : c’est en décimant leurs propres peuples que nos militaires montent en grade. Ils ne connaissent pas d’autres faits d’armes.

Et comme par un revers spectaculaire de l’Histoire, le pouvoir kaki est de nouveau à la mode, notre dictateur n’a même plus besoin de cacher son jeu. Après avoir coupé Internet (pourquoi au juste : pour capturer l’évadé Pivi ou juste pour se faire plaisir ?), il musèle la presse et pourchasse les journalistes comme dans les battues, on court après le gibier. Le message est clair même pour ceux qui ne sont pas dans le secret des dieux : la Transition dont il se gargarise n’est qu’une farce. Il n’y aura pas d’élection. Pour paraphraser Danton, notre lieutenant-colonel ou plutôt notre général

Add a comment

loading...

Actualités locales

loading...