Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 275 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

L’assemblée généra hebdomadaire de l’union des forces républicaines (UFR) de Samedi dernier était présidé par le Premier vice-président du parti, Bakari Goyo Zoumanigui qui dans son intervention a durci le ton par rapport au refus de kory Kondiano de payer les primes des députés de l’opposition sous prétexte que ceux-ci avaient quitté l’hémicycle pour participer au manifestation du FNDC le 10 décembre 2019 dernier.      

 L’Assemblée Nationale a clôturé sa session à queue de poisson, cela est dû à une situation créée selon les députés de l’opposition par le président de l’Assemblée Nationale qui a refusé de payer les indemnités des députés de l’opposition parce que ceux-là avaient quitté l’hémicycle pour participer au manifestation du FNDC,  

« Il est bon de savoir que les indemnités dont il s’agit, c’est les indemnités pour les logements, les véhicules que nous avons achetés avec ces indemnités, il y a aussi le frais du carburant, il s’agit de ces indemnités », a indiqué Koyo Zimanigui, le vice-président de l’ufr.

Contrairement à ce que l’on veut faire croire au peuple dit-il, que les députés de l’opposition n’ont pas siégé et demande d’être payés ce n’est pas cela, les primes de session on ne peut pas les avoir si on est pas siégé 20 jours, 30 et 40 jours, dans cette condition vous ne percevrez pas ces primes et nous sommes entièrement d’accord pour ça, mais ce n’est pas le cas.  

« Alors on n’a pas demandé le président de l’assemblée Nationale de régler à cette situation ce qu’il n’a pas voulu et les députés l’ont empêché de tenir son discours de clôture. C’est ça la vérité et nous allons nous battre pour rentrer dans nos droits. Nous nous avons choisi la légalité, nous ne baisserons pas les bras tant que nous ne sommes pas rentrés dans nos droits, nous sommes députés jusqu’au 15 Avril 2020 », a-t- il insisté.

Aïssatou  Diallo