Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 355 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Sidiki Camara, un des frondeurs du RPG, s’est confié à mediaguinee.net. Voici son récit.

«Il y a des postes qui sont confiés aux militants du RPG. Mais nous pensons que ça ne suffit pas. La gestion d’un Etat ne se limite pas seulement aux postes ministériels. Il y a les cabinets aussi. Nous avons assisté à la signature des alliances entre le Pr Alpha Condé et beaucoup de partis alliés. Nous savons la capacité de ces gens-là. Donc, nous pouvons dire qu’aujourd’hui, il y a la crainte. Est-ce que les militants de l’UFR, de GPT, ne vont pas influencer le Pr Alpha Condé dans ses nominations ? Tandis que le RPG est là-bas», explique le jeune grognon.

«Nous ne sommes pas contre la compétence dans le gouvernement. Nous ne sommes pas prêts à être gouvernés par ceux qui ont tué nos grands-parents et nos parents. Il y a aussi la ministre des Affaires Etrangères (Mme Makalé Traoré, Ndlr) qui a organisé, et mis en place des structures anti RPG partout en Guinée. Et puis le nouveau Secrétaire Général aux Affaires religieuses (Abdoul Karim Dioubaté) a passé tout son temps à insulter le Président Alpha Condé. Il a même dit que le Pr Alpha Condé n’avait pas de religion, il a comparé le Pr Alpha Condé à n’importe quelle personne. Donc, aujourd’hui, ça fait mal au sein du parti de voir ces mêmes personnes revenir gouverner», croit-il savoir.

«Moi, je peux citer par exemple, Bouréma Condé (Ministre administration du territoire…)  qui est connu en Haute Guinée, il a été un bourreau du RPG à Banankoro. Quand j’étais jeune, j’étais parti à Banankoro, à 14 heures, je ne pouvais pas circuler. Et le RPG à l’époque, ce n’était pas facile. Mais aujourd’hui, ce sont les mêmes personnes qui nous gouvernent. Ça fait mal», fulmine-t-il.

Ben Youssef