Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 771 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Des affrontements ont été enregistrés ce jeudi, entre policiers et des protestataires qui sont descendus dans les rues de la capitale tchadienne…

« Depuis le matin, la situation est tendue ici à N’Djamena », annonce une source contactée.

« Les manifestants ont bloqué, certaines artères de la capitale et la police fait usage de gaz lacrymogènes pour les disperser », précise la source. Pour l’heure, notre source s’abstient de nous communiquer un bilan précis de la situation, mais fait tout de même, état d’un mort dans la foulée des affrontements.

Des blessés et de nombreuses arrestations sont également a noté dans le cadre de cette manifestation interdite de centaines de personnes à N’Djamena.

« Ils nous tirent dessus. Ils tuent notre peuple. Les soldats du seul général qui a refusé d’honorer sa parole et aujourd’hui c’est la fin des 18 mois, voilà comment il entend installer la dynastie en tuant le peuple », a déclaré dans un message sur Twitter Succès Masra, l’un des principaux opposants du parti Les Transformateurs, qui avait lancé mercredi un appel à manifester pacifiquement. Aucun bilan officiel de ces heurts n’a été communiqué pour le moment.

Une autre source contactée nous parle des raisons de cette protestation qui tient en haleine toute la capitale du Tchad…

« Par cette manifestation, les protestataires entendent dénoncer la confiscation du pouvoir par les militaires et interpeller la communauté

internationale à durcir les sanctions contre les militaires au pouvoir », confie A.T, un tchadien résident à N’Djamena qui souligne que la manifestation se constate aussi dans d’autres villes du pays. Le siège de l’Union nationale pour la démocratie et le renouveau (UNDR) dont l’actuel président est Saleh Kebzabo, un ex-opposant nommé chef du gouvernement par Mahamat Idriss Deby Itno, a été vandalisé.

Source : ITV5