Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 474 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Réunis en session extraordinaire, les députés à  l’Assemblée Nationale (AN) de la République de Guinée ont adopté par la majorité écrasante des présents, trois textes de Loi, jeudi, 23 février 2016, à l’Hémicycle du Palais du peuple, sous les auspices du président de l’institution, honorable Claude Kory Kondiano.

 

Il s’agit de la loi organique portant attributions, organisation et fonctionnement de la Cour Suprême, la loi organique portant Code électoral et le Code des Collectivités locales.

 

Dans son discours de circonstance, le rapporter de la Commission des Lois, honorable Mamadou Cellou Baldé a indiqué, qu’au cours des travaux, des corrections juridiques ont été apportées au projet de loi. Egalement, plusieurs questions ont été soulevées, tant sur l’accord politique du 12 octobre 2016, que sur le projet de loi organique modifiant le Code électoral.

 

«Pour la mise en œuvre de cet Accord, les parties au dialogue ont invité l’AN à procéder à la révision du Code électoral au cours de la Session budgétaire de 2016», a-t-il rappelé.

 

Honorable Mamadou Cellou Baldé a souligné en substance, que «pour une sortie de crise, l’expérience montre partout que l’AN est le lieu de recherche du consensus pour garantir la paix sociale et l’intérêt supérieur de la nation».

 

Pour le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation (ATD), Général de Brigade Bouréma Condé, «le Code des collectivités est ce texte qui permet à la Guinée de faire effectivement valoir la force des collectivités dans la gestion de leur destin».

 

Le ministre a rappelé : «Depuis 12 ans, les collectivités et les communes sont en place alors que normalement elles sont de 5 ans. Elles sont dans une position d’illégitimité. Le nouveau Code de collectivité et le nouveau Code électoral vont permettre de corriger toutes ces anomalies, et finalement permettre à notre pays, d’être sur une bonne marche de gestion collective et participative de la destinée de nos régions d’abord à travers les conseils régionaux, de nos communes ensuite à travers les Communes Rurales (CR) et les Communes Urbaines (CU).

 

«J’ai un sentiment de réconfort et de satisfaction, parce qu’obtenir le vote des députés c’est une marque de soutien et de confiance dans le travail d’un ministre, surtout quand il s’agit de textes comme le Code électoral et le Code des collectivités», a-t-il manifesté.

 

A signaler, que le député de la circonscription électorale de Dixinn, honorable Aboubacar Soumah a voté contre, tandis que ceux de l’Alliance des Républicains ont boudé la salle.

AGP/