Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 423 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

L'ex-première dame de la République, feu Hadja Djènè Kaba Condé, a été enterrée dans l'après-midi de ce dimanche 16 avril 2023. La cérémonie d'inhumation a eu lieu au grand cimetière du quartier Senkefara en haute banlieue de Kankan, en présence de certaines grandes personnalités du pays, telles que le Secrétaire général des Affaires religieuses et le président du parti PADES, Dr Ousman Kaba, ainsi que du très influent imam de la grande mosquée Fayçal de Conakry, El hadj Mamadou Saliou Camara.

Juste quelques heures auparavant, dans l'enceinte de la grande mosquée de Kankan, c'est ce dernier qui a finalement officié l'ultime prière sur la dépouille de l'ex-première dame, en lieu et place de son homologue de Kankan, Karamô Bangaly Kaba. Ce dernier, après avoir refusé au début, avait finalement accepté de venir prendre part aux obsèques.

Sauf qu'au moment de procéder à la première prière mortuaire, à la surprise générale, c'est le fils du grand imam qui a pris la parole pour expliquer que: "Pour des raisons de notre sens scrupuleux du respect des étrangers, le grand imam de Kankan, Karamô Bangaly Kaba, va céder l'imamat à notre invité le grand imam de Conakry. Surtout, il ne faut pas donner à cela une autre interprétation. C'est par respect pour nos invités que nous agissons ainsi, car Kankan Nabaya est une terre reconnue pour son hospitalité légendaire".

Même si le jeune messager a insisté sur cette raison évoquée, cela a suffi pour alimenter les polémiques. Car pour bon nombre d'observateurs, cette déclaration ne serait rien d'autre qu'une manière "intelligente de renoncer à prier sur le corps de l'ex-première dame", car il convient de se rappeler que l'homme de Dieu avait déjà tranché contre vents et marées que ce serait "un affront contre les principes de la religion musulmane".

Par ailleurs, les barons du RPG, pour avoir prôné le boycott, étaient les grands absents à cette cérémonie d'inhumation. Leur

absence a été tellement notoire qu'elle a eu un impact sévère sur le degré de mobilisation, à tel point qu'à la sortie du grand cimetière de Sinkefara, des jeunes activistes pro-CNRD ont martelé à leur tour que "ils ont saboté les funérailles d'une digne fille de notre terroir. Mais qu'ils sachent que le jour où Alpha Condé mourra à son tour, il n'y aura pas plus de 50 personnes pour l'enterrer".

Aboubacar Barry