Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 312 invités et aucun membre en ligne

Contact Us!

Journal RTG & Autres vidéos

Journal RTG du 19 Nov  2017 Journal Evasion du 20 Nov  2017 Journal Espace du 18 Nov 2017

Actualités Politiques

loading...

Actualités Internationales

loading...

Actualités économiques

loading...

Actualités sportives

loading...
loading...

Écologie-Santé

loading...

Opinions

loading...

Culture

loading...

Société

loading...
loading...

Revue des articles

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Aussi incroyable que cela puisse paraître, c'est l'arrêt que vient de rendre la Cour d'appel de Conakry. C'est une rocambolesque histoire d'escroquerie dans laquelle un groupe de cambistes risquent d'y laisser des plumes. Et la somme de 8 milliards de francs guinéens.

Une histoire dans laquelle l'islamologue guinéen, Taibou Bah, de renommée internationale, et son épouse avaient été condamnés par une juridiction inférieure a des peines de prison et de fortes amendes, ainsi que le remboursement au complet du montant. Leurs biens mobiliers et immobiliers avaient été saisis et tous deux emprisonnés.

Après sa condamnation, aussi bien par le Tribunal que celui de l'opinion, le couple  avait interjeté appel. Il obtient gain de cause, vu qu'il sort blanchi de cette situation douloureuse. Mais ce n'est pas fini, car le plaignant Thierno Nouhou Diallo va se pourvoir en cassation. À noter que l'arrêt de la Cour d'appel a été rendu lundi 20 novembre 2017.

 

Ibrahima Balde, pour Ramatoulaye.com

Add a comment

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Ecoles fermées, routes barricadées par endroit, révolte d’écoliers, ... Tel est le résultat d'une série de négociations entre gouvernants et éducateurs. La grève en cours dans notre pays, du reste largement suivi, est une protestation contre l'écran de fumée présenté par le gouvernement depuis un an, comme preuve palpable de sa mauvaise foi.

 

Déjà en février dernier, la correspondance pour l'ouverture des négociations n'avait été adressée qu'à l'inter-centrale. Du coup, ne se sentant pas alors concernés par le protocole d'accord qui en résultera des mois plus tard, les secrétaires généraux de l'intersyndicale de l'éducation n'y apposeront pas leur signature.

Se méfiant du gouvernement comme d'un serpent à sonnette, les enseignants rejetteront en bloc ledit protocole pour rester soudés afin de préserver l'unité syndicale, en dépit de la présence parmi eux, de quelques brebis égarées, manipulables.

Add a comment

loading...

Actualités locales

loading...