Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 846 invités et aucun membre en ligne

Opinions

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Depuis le décret présidentiel du mardi dernier couplant les législatives au référendum constitutionnel pour le 1er mars prochain, le front national de défense de la constitution (FNDC) se mue entre incapacité pour s’être mis devant le fait accompli, et une certaine impuissance face à la dynamique enclenchée. 

D’un côté, les observateurs s’accordaient à dire que le mouvement s’essoufflait avec des contestations concentrées dans les fiefs de l’opposition, et que le FNDC n’a pas réussi à imprimer une dynamique pouvant entraîner l’adhésion de l’ensemble de la population. De l’autre, la structuration économique de notre pays, basée essentiellement sur l’informelle, consistant pour la population de vivre au jour le jour, fait qu’une dynamique de contestation permanente ne peut s’inscrire dans la durée, et peut même finir par se retourner contre les initiateurs. C’est peut-être là, le sens de la mesure pour les opposants à une nouvelle constitution. 

Un baroud d’honneur en guise de clap de fin

Les dernières journées d’appel à la « résistance active » n’ont été que partiellement suivi et toujours dans les mêmes zones, laissant parfois place à des scènes de guérilla urbaine avec des victimes à la clé. De ce constat, le FNDC se retrouve confronter à la limite de ses propres actions. 

Le communiqué N°061 en date du 6 février et un des passages du dit communiqué vient illustrer ce constat « Le FNDC appelle la communauté internationale à prendre des mesures vigoureuses tant au niveau individuel que collectif contre tous ceux qui, par leurs propos ou par leurs actions, soutiennent ce projet dangereux pour la Guinée et la sous-région« . Ces mots résonnent comme un aveu d’impuissance mais aussi comme un appel de détresse à l’endroit d’une communauté internationale attentiste qui, il faut bien le dire, ne peut interdire à un peuple de s’exprimer par la voie démocratique. 

Ceci tant, les protestations prochaines du front s’inscriront dans une certaine logique de baroud d’honneur pour ne pas perdre la face, ayant promis à ses militants une victoire contre ceux qu’il appelle les imposteurs, échouer donc de cette façon serait un

Add a comment

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
Monsieur le Président, je suis encore du nombre de ceux qui ont un grand respect pour vous, non pas parce que vous êtes Président de le République, mais à cause de vos combats d’hier en faveur de la démocratie, même si, aujourd’hui, il ressort que vous portiez le manteau de « militant de la démocratie » alors qu’au fond, vous n’y croyiez pas et luttiez pour accaparer le pouvoir.  Le temps ne trahit jamais, il révèle ce que les hommes ont de sincères en leurs actions, il permet de les prendre en défaut dans leurs dires. Il évente les secrets. 

Vous êtes devenu Président de la Guinée à un âge tardif, celui de la supposée « maturité ». Quelle grâce ! Vous avez promis d’être le Mandela de la Guinée. Comme vous, il accéda au pouvoir à un âge tardif. Vous avez vécu de ce qu’il a vécu : la prison.  Vous avez promis la réconciliation et le progrès aux Guinéens. Il vous a fallu assez d’années pour mettre en place la Commission Provisoire de Réconciliation Nationale, CPRN. Ses recommandations n’ont jamais été suivies et vous ne les avez jamais implémentées. Les années sont passées et la réconciliation nationale est impossible avec vous. Vos propos ont frustré et frustrent encore, vos pratiques ont exclu et votre mode de gouvernance est en faveur de la promotion de la médiocrité, de la distribution des postes aux copains et copines, coquins et coquines.   

Monsieur le Président, vous avez promis de lutter contre la corruption. En 2011, vous avez créé un Comité d’Audit et l’avez rattaché à la Présidence de la République pour qu’il  fût indépendant  et qu’il eût le courage de mener à bien sa mission. Mission confuse, dès lors que pour vous : lutter contre la corruption veut dire audit contre les anciens ministres !  A-t-il produit le seul rapport ? Vous seul, pouvez répondre à cette question. 

En 2012,  vous avez créé l’Agence Nationale de Lutte Contre la Corruption (ANLC), quelques années après vous avez créé un département de Comptabilité Matière et Matérielle au Ministre du Budget. Plus tard, vous avez installé la Cour des Comptes et créé la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières (CENTIF), puis avez promulgué la loi anti-corruption.  Avec toutes ces institutions aux pouvoirs conflictuels et discrétionnaires, toutes ces réformes, quel est votre résultat en matière de lutte contre la corruption ? Indigne est la réponse. 

Monsieur le Président, vos ministres deviennent de plus en plus riches, ils achètent des parcelles à coups de milliards, ils y construisent  dans de courts délais des maisons altières, ils investissent à travers des collatéraux dans les entreprises privées afin d’accéder aux appels d’offre de l’Etat et de  se procurer de

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

(Par Amadou Timbo Diallo) Non Bangaly Keïta, ni toi ni Aboubacar Sylla ne devez donner de  leçon de morale aux guinéens !

De quoi je me mêle ?
C’est avec un énorme pincement du cœur que je décide finalement de vous donner ma part de vérité dans ce débat qui vous oppose à Dr. Fodé Oussou Fofana que je ne connais ni d’Éve ni d’Adam.
Avant de rétablir toute vérité et pour une question d’éthique morale et la finesse de mon intelligence, je veux comprendre de quel droit et en quelle qualité toi, Bangaly  Keïta,  tu t’arroses la  responsabilité de parler à la place de ton serviteur des sales besognes de Palais?
Par devoir de responsabilité morale et le charme de ton intelligence, tu as beaucoup plus intérêt à nous dire comment tu t’es retrouvé au Ministère des Transports, jusqu’à porter le titre de responsable de la communication. Un fraudeur ne peut et ne doit avoir droit à la parole publique. Tu as triché pour être à ce département sans mérite et sans transparence. On aimerait bien savoir par quel miracle, tu es devenu fonctionnaire dans ce département alors que dans un passé récent tu te cherchais dans les quartiers de Conakry. J’attends !
Ensuite, tu parles de vente d’Usines et d’avion et je ne sais quoi ? Mais as-tu bien remué la langue sept fois avant de lancer de ces bavardes ? Sais-tu qu’à l’époque des faits, ton patron était le Secrétaire Général du département de l’Industrie ? Alors que serait sa part de responsabilité dans ce bradage des biens de l’État ? N’est-il pas complice ?
Sur le parcours professionnel de Fodé Oussou, je pense personnellement qu’il est plus honorable et admirable que celui de ton acheteur, pardon, ton menteur(mentor). Pour preuve :
De 2003 à 2006, il a été le Président de la section B de l’Ordre des Pharmaciens de Guinée. C’est-à-dire, le Président du secteur  privé.
2006 à 2018, il a été le Président de l’Ordre National des Pharmaciens de Guinée. En même temps de 2006 à 2009, il était le Président des Inter-Ordres de tous les Présidents Africain.
Jusqu’à date, il est le seul guinéen à occuper ce poste.

Add a comment