Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 389 invités et aucun membre en ligne

Contact Us!

Journal RTG & Autres vidéos

Journal RTG du 19 Fév. 2020 Journal Evasion du 19 Fév. 2020 Journal Espace du 29 Jan. 2020

Actualités Politiques

loading...

Actualités Internationales

loading...

Actualités économiques

loading...

Actualités sportives

loading...
loading...

Écologie-Santé

loading...

Opinions

loading...

Culture

loading...

Société

loading...
loading...

Revue des articles

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Ce jeudi 27 février 2020 marque le début de la mise en œuvre du plan annoncé par le FNDC visant à œuvrer pour le départ du pouvoir de M. Alpha Condé.

Ce plan qui allie stratégies et actions de terrain, est en train de se dérouler sur le terrain suivant les orientations données par les leaders du FNDC à ses structures opérationnelles de Conakry, de l’intérieur du pays et de l’étranger.

Pour la journée d’aujourd’hui, on dénote des villes totalement paralysées, une farouche résistance des citoyens dans les communes de Conakry et dans certaines villes de l’intérieur du pays dont entre autres : Labé, Pita, Mamou, Mali, Dalaba, Lélouma, N’zérékoré, Kindia, Boké, Boffa, Coyah, Dubreka, Sangarédi, Kamsar et Fria.

De vigoureux affrontements ont eu lieu dans les quartiers comme Wanindara, au même moment où les femmes de Dixinn battaient le pavé pour réclamer le départ du pouvoir de M. Alpha qui n’est plus reconnu comme Président de la République par la plupart des guinéens.

Face au coup d’État constitutionnel du 1er mars, l’ampleur de l’hostilité des citoyens dans les différentes préfectures du pays est telle qu’il n’est pas envisageable que se tiennent les élections en Guinée.

Ce type d’actions visant à empêcher le troisième mandat est en train de s’étendre sur plusieurs circonscriptions électorales avant d’atteindre son épilogue le jour du vote et ce, malgré le dispositif de répression mis en place par les forces du mal pour intimider la frange consciente du Peuple de Guinée.

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Le président du groupe parlementaire de la mouvance présidentielle a frappé à coups de verges le retrait de l’OIF dans le processus électoral. Amadou Damaro Camara, dénonce par ailleurs la récente sortie du FNDC.

Dans une interview accordée à nos confrères de mosaiqueguinee.com, ce cacique du RPG/AEC, ne comprend pas du tout le départ de l’OIF du processus guinéen.

« Ces messieurs-là ont été appelés par la CENI pour les assister depuis des mois. Ils ont fini l’assistance. Ils ont déposé la copie du rapport et ont convenu du dépôt officiel du rapport le 16 mars prochain. Alors à 5 jours du jour j des élections, ils disent qu’ils se retirent, ils se retirent de quoi maintenant quand ils ont fini de tout faire ? Et deuxièmement, quand quelqu’un t’a commis à un travail, quand tu dois te retirer de ce travail, c’est d’abord cette structure, cette institution qui doit être la 1ère à être informée et éventuellement des raisons de ton retrait. Mais la CENI l’apprend par voie de presse comme n’importe qui alors que vous vous êtes convenu sur le dépôt de ce rapport », a confié M. Camara, tout en qualifiant que la sortie de l’OIF « ressemble un peu à de la politique politicienne d’une institution internationale mais je ne sais pas quel est l’objectif mais l’arrêt du processus est impossible », martèle le député du RPG/AEC.

Add a comment

loading...

Actualités locales

loading...