Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 399 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

L’assemblée générale hebdomadaire du l’Union des Force démocratique de Guinée ( UFDG) de ce samedi 06 juillet, était présidé par son vice-président honorable Kélémodou, Yansané. Le député a fait le compte de la session des lois qui a pris fin la veille à l’Assemblée Nationale.

« Beaucoup de lois ont été examinées et certaines votées pendant cette session. La loi concernant la parité entre l’homme et la femme. Désormais, à côté de chaque homme, il doit y avoir une femme. On doit désormais fonctionner en couple et en pair. La deuxième loi importante, concerne le port d’armes par la gendarmerie nationale. » A t – il entamé

C’est normal un gendarme doit être armé poursuit-il, mais, nous avons demandé à ce qu’il y ait un article dans la même loi qui dit que si un gendarme ou un militaire utilise de façon

délibérée une arme contre un citoyen paisible, qui n’est pas agressif, pour lui ôter la vie, la loi sanctionne ce militaire. Et comme cette disposition n’a pas été prise en compte par la loi, l’opposition a voté contre.

« Il y eu également une loi très importante pour améliorer la situation des fonctionnaires, pour la retraite, les pensions et autres. Cette loi, on l’a votée parce qu’on a estimé qu’elle est bonne. Nous avons aussi voté une autre loi concernant la lutte contre le terrorisme » a souligné Kélémodou Yansané et qui ajoute :

« Les militants de l’UFDG ont eu raison de demander à leurs députés de rester à l’Assemblée Nationale. Parce que,  si on n’était pas resté, deux lois importantes étaient préparées contre nous : la modification du code électoral et la loi sur la commission électorale nationale. Ces lois, ne sont pas passées parce que nous étions là. « Tant qu’ils (les députés de la mouvance ndlr) sont là, nous (députés de l’opposition), sommes là », a déclaré Honorable Kalémodou Yansané.

Oumou Koultoumi Bah