Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 294 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

 Invité par le la radio espace Fm ce vendredi matin dans son émission les Grandes gueules, le président du bloc libéral fustige le pouvoir pour avoir fermé les écoles et l’administration toute entière pour simplement accueillir un président de la République.

« Je ne vais pas me mettre à faire de comparaison, je vais commencer remercier le président de la république et je le demande de ne pas rentrer dans ce jeu de politicien qui n’a aucun sens pour la majorité de guinéen, aujourd’hui il doit abandonner ce projet de changement de la constitution », a-t- il entamé.

Premièrement il faut dire qu’il ne fallait pas faire une manifestation pour répondre au FNDC. Poursuit-il, Quand on utilise l’image du président de la république, i

l est le président de tous les Guinéens, il y a un débat qui n’a pas lieu d’être qui se fait dans le pays, il ne s’est pas encore clairement prononcer là-dessus. Les gens ont voulu l’amener en Bateau qu’il se prononce là-dessus, je crois qu’il l’a pas fait, il faut le féliciter pour ça.

« Le président Alpha qui a vécu pendant 50 ans à faire la politique, je crois aujourd’hui on doit l’accompagner à sortir la tête haute, il a un bilan, qu’est-ce qu’il est, on peut spéculer là-dessus. Mais aujourd’hui nous comprenons qu’il y a tout un rideau qui se construit devant Alpha Condé face à la réalité », a indiqué le président de Bloc Liberal. Parlant toujours de la mobilisation du parti au pouvoir, Dr Faya précise :

« La réalité est que, pour cette mobilisation, si vous enlever tous les enfants qui devait être en classe qui étaient obligés de sortir, si vous enlever tous les fonctionnaires qui n’ont pas travaillé pour le peuple hier et qui sont sortis, si vous enlever les contingents militaires qui étaient là pour assurer la sécurité du président, vous enlever tous les policiers qui étaient dans la rue, il ne restait presque rien »

Oumou Koultoumi Bah