Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 184 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

A l’ouverture de la session dite ‘’budgétaire’’  mercredi  05  octobre à Conakry, le président de l’Assemblée nationale a déploré le fait qu’en plus des budgets exécutés au cours de la transition, l’Assemblée attend toujours les projets de Lois de Règlement pour les exercices 2013, 2014 et 2015.

‘’Des réunions de concertation entre la commission des Finances et la Cour des comptes ont recommandé la mise en œuvre des modalités pratiques pour corriger cette malheureuse situation », précise-t-il toutefois. Avant d’ajouter : ‘’Il a été expressément demandé au Ministère de l’économie et des Finances, à travers la direction du trésor, d’accélérer le bouclage des comptes de gestion afin que la Cour des comptes puisse les certifier en toute connaissance de cause pour permettre au parlement d’en délibérer de plein droit’’.

Pour ce qui concerne la Loi des Fiances Rectificative 2016, ajoute  l’Honorable Kondiano, ‘’force est de constater que malgré les injonctions réitérées de l’Assemblée nationale, l’exécutif n’a pas respecté le délai d’examen à lui imposé par les dispositions de la Loi Organique sur les finances publiques’’.

En effet, la LFR permettant de corriger les prévisions initiales et de procéder  aux ajustements nécessaires à l’équilibre budgétaire en agrégeant bien entendu  tous  les effets des évolutions conjoncturelles, il était souhaitable, aux dires du patron de l’Assemblée nationale, pour les honorables députés de donner leur quitus à la LFR avant la date d’ouverture de la présente session budgétaire.

«Encore une fois, nous sommes dans une situation de fait accompli qu’il faut assumer  sous réserve de la raison justifiée’’,  déplore le président de l’Assemblée nationale.

  Ben Yussef