Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 285 invités et un membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

19 femmes enceintes libérées de la « fabrique de bébés » nigériane où des femmes enlevées ont été violées afin que leurs enfants puissent être vendus à 1 000 £ chacun

Dix-neuf femmes enceintes et quatre enfants ont été sauvés d’une usine de bébé suspectée au Nigeria. La police de Lagos, la plus grande ville du Nigeria, a effectué une descente lundi dans quatre propriétés et a découvert les femmes, âgées de 15 à 28 ans, ainsi que les enfants en bas âge, dont l’un avait tout juste un jour, selon les informations locales.

Des officiers ont également arrêté Happiness Ukwuoma, âgée de 40 ans, et Sherifat Ipeya, âgée de 54 ans, soupçonnés d’avoir travaillé comme infirmières sans formation à l’usine.

Cependant, la police est toujours à la recherche du principal suspect, une femme qu’elle a identifiée comme étant Mme Oluchi, une mère de cinq enfants.

Les enquêteurs ont déclaré que les enfants allaient être victimes de la traite et vendus à 1 000 £ pour un garçon et à 700 £ pour une fille.

La majorité des femmes ont été amenées à quitter leurs villages d’origine avec promesse de travailler comme domestiques à Lagos avant d’être forcées de devenir enceintes, a déclaré la police.

Quelques-unes des femmes ont adhéré volontairement au syndicat, convaincues qu’elles seraient payées, mais ont dit à la police qu’elles n’avaient pas reçu d’argent, a rapporté The Guardian Nigeria.

Les officiers ont été alertés de la présence de l’usine le 19 septembre après avoir été informés par des voisins de nombreuses femmes enceintes dans leur rue.

Zertine Dabo (RRNEW)